Transgenres à l’école : changer le prénom d’un enfant sans l’accord de ses parents ?

Publié le 30 Sep, 2021

« Toute décision qui concerne un mineur, et qui ne relève pas de la gestion quotidienne, nécessite évidemment l’accord des parents » souligne Valérie Piau, avocate spécialisée en droit de l’éducation.

Pourtant, dans un tract « Transition d’élève : accompagner, soutenir, protéger » diffusé le 21 septembre, le syndicat Sud Education demande, par exemple, aux enseignants « d’accepter les changements de prénoms demandés par les élèves… sans prévenir obligatoirement les parents ». Une militante raconte que dans son collège, l’année dernière, elle a accepté « d’appeler un élève par le prénom qu’il avait choisi ». A sa suite, plusieurs de ses collègues ont fait de même « sans que sa famille ne soit jamais mise au courant ».

Une position qui ne fait pas l’unanimité et qui « suscite souvent de vives crispations » alors que « ces situations qui étaient encore très rares il y a cinq ou dix ans sont désormais relativement fréquentes », explique Hubert Salaün, porte-parole de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public. Il alerte sur « les conflits internes [qui] ont tendance à se multiplier au sein des établissements ».

De son côté, un groupe de travail a été chargé de plancher sur le thème de la transidentité à l’école à l’initiative du ministère. Ce dernier doit diffuser « dans les jours qui viennent » une circulaire qui devrait répondre à toute une série de questions : « Comment réagir face aux élèves qui demandent à changer de prénom d’usage ? Faut-il instaurer des toilettes ou des vestiaires spécifiquement dédiés ? Quelles règles mettre en place dans les internats ? Les tenues vestimentaires doivent-elles obligatoirement être “genrées” ? Comment lutter contre le cyberharcèlement ? »

Mais « avant même sa publication, le texte suscite déjà de vifs débats ».

Source : L’Express, Amandine Hirou (29/09/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres