Taux de fécondité en hausse

Publié le 12 Mai, 2003

La France est aujourd’hui en Europe le pays qui a le plus fort taux de fécondité : 1,9 en 2001 alors que la fécondité moyenne en Europe est tombée à 1,4 soit un tiers en moins de ce qu’il faudrait pour y renouveler les générations. Aux Etats-Unis, ce taux est de 2,13 (2002).

Le taux de fécondité est depuis 40 ans presque uniformément orienté à la baisse dans les pays occidentaux. Celui de la France et des Etats-Unis, après une chute dans les années 80 – 90 vient de remonter dans les dernières années. Il était de 1,84 aux Etats-Unis en 1985 et de 1,66 en France en 1993. 

Ces résultats expliquent peut-être pourquoi les Etats-Unis nous appellent la "vieille Europe".

"Aujourd’hui, tous les pays de la planète s’engagent dans le mouvement de baisse de la natalité amorcé en France, puis en Europe, à tel point que si la survie de l’Europe est problématique à terme (au vu des tendances actuelles), celle de l’humanité ne l’est pas moins à plus longue échéance" souligne Roland Hureaux.

La France ne doit donc plus hésiter à se donner les moyens, notamment par une politique familiale de revenir comme les Etats-Unis l’ont déjà fait au seuil de renouvellement des générations.

Libération (Roland Hureaux) 12/05/03

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres