Sexualité de la personne handicapée mentale

Publié le : 14 janvier 2003

Denis Vaginay, auteur de deux ouvrages sur la sexualité des personnes handicapées*, regrette que la sexualité des handicapées soit abordée en terme de "risque du sida", "risque de procréation" sans référence à l’amour. Il invite "toute personne travaillant avec des handicapés mentaux à les considérer comme des personnes sexuées". 
Il faut aider la personne handicapée mentale à se construire son identité sexuée car la sexualité ne s’apprend pas, elle se déduit et se construit.
Denis Vaginay constate que "nous sommes dans une société qui informe beaucoup mais qui ne transmet plus". Le Dr Balvet, psychiatre, observe ainsi que peu de femmes handicapées mentales ont accès à la première consultation gynécologique "qui fait partie de ces rites initiatiques, "maturants" pour toutes les jeunes filles". Prescriptions collectives de pilules contraceptives dans les institutions, stérilisations non encadrées sont les conséquences du déni de la sexualité de la personne handicapée mentale.
Denis Vaginay, psychologue et intervenant à l’IME de Fourvière, appelle à une sexualité "assumée".

* "Comprendre la sexualité de la personne handicapée mentale", Denis Vaginay, ed. de la Chronique sociale. L’auteur y décrit les éléments qui concourent à une sexualité assumée et dresse un état des lieux des connaissances sur la sexualité humaine et sur les spécificités de cette sexualité au regard du handicap mental.
"Vivre la sexualité", Denis Vaginay, Daniel Balvet,
ed. de la Chronique sociale. C’est une encyclopédie illustrée qui offre une "approche tranquille du corps".

Le Quotidien du Médecin (Caroline Faesch) 14/01/03

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres