S’engager au service des plus faibles

Publié le : 16 novembre 2004

Lors du Conseil Pontifical pour la Pastorale de la Santé, le Pape Jean Paul II s’est de nombreuses fois adressé aux médecins. Il a remercié les médecins proches des malades en fin de vie ou atteints d’un handicap pour leur "engagement humanitaire et scientifique en faveur de ceux qui souffrent".
"La médecine, soulignait le pape, est toujours au service de la vie. Même lorsqu’elle sait qu’elle n’est pas en mesure d’enrayer une maladie, elle s’efforce d’en atténuer la souffrance. Chercher à aider le malade en toute circonstance c’est prendre conscience de la dignité inaliénable de tout être humain, même au stade terminal".
Devant les permanents de l’Office chrétien des personnes handicapées (OCH) reçus en audience privée pour le 40ème anniversaire de l’oeuvre,
Jean-Paul II a rappelé que "la personne ne se réduit pas à ses aptitudes et à sa place dans la vie économique, mais qu’elle est une créature de Dieu, aimée par Lui pour elle-même et non pour ce qu’elle fait".

Gènéthique 16/11/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres