Recherche sur l’embryon : des scientifiques britanniques remettent en question la règle des 14 jours

Publié le 5 Déc, 2016

Au Royaume-Uni, lors du congrès médical Progress Educational Trust, des scientifiques[1] ont demandé la prolongation de 14 jours de la durée légale pour effectuer des expériences sur des embryons humains (cf. Recherche sur l’embryon : sur quoi se fonde la règle des 14 jours ? et Recherche sur l’embryon humain : d’où vient la règle des 14 jours ?). Cette durée serait alors portée à 28 jours. Cette demande fait suite à des techniques récentes, qui ont permis aux chercheurs de doubler le temps de conservation des embryons en laboratoire (cf. Des chercheurs développent in vitro des embryons humains pendant 13 jours, et réclament l’autorisation d’aller plus loin).

 

La demande de prolongation de la période de recherche actuelle des scientifiques aurait pour objectif de mieux comprendre les maladies congénitales, les maladies cardiaques et certains cancers (cf. Recherche sur l’embryon : quid de la limite des 14 jours ?).

 

Un collectif de médecins, opposés à la recherche sur les embryons humains, considère quant à lui cette demande comme une « pente glissante qui aboutira à une recherche sans restriction sur les embryons » (cf. La nature de l’embryon humain au défi des lois).

 

[1] Le professeur Robin Lovell-Badge, de l’Institut Francis Crick à Londres, et le professeur Simon Fishel, responsable du groupe de fertilité CARE.

 

 

The Guardian (Robin McKie) 04/12/2016

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres