Raël s’empare de symboles religieux

Publié le : 15 janvier 2003

Daniel Sibony, psychanalyste et écrivain revient sur les motifs qui ont poussé la secte Raël à se lancer dans la course au clonage. Comme pour n’importe quelle secte, il s’agit pour elle de fonder une croyance et de se fonder à partir d’elle. Dans ce cas Raël s’est basé sur la scène où Jacob rencontre l’ange qui lui demande à l’issu d’un combat de s’appeler Israël. Ainsi la secte se fonde sur les écrits "tu as combattu [avec Elohim] et avec les hommes tu as pu tenir tête". Par cet emprunt au texte de la Bible, Raël fait renaître le "complexe du second premier" qui consiste pour celui qui arrive en second à tout faire pour devenir premier ce qui l’amène alors à faire beaucoup de folies . 
Par ailleurs, Raël dénonce les trois monothéismes comme sources de nos maux afin de justifier sa revendication de "vrai" premier, là où le premier a failli. Il se pose enfin comme "vrai" prophète et entame la nouvelle création avec une nouvelle Eve. Il se donne comme symbole la vraie étoile de David.
La secte des raëliens est en quelques sorte une copie de bribes du texte d’Israël et sa grande copie est biologique : le clonage. Or dans cette pratique on nie la connaissance entre l’homme et la femme c’est à dire le rapport sexuel. S’il y a quelque chose de très peu créatif c’est le clonage qui ne peut se justifier ni par le fantasme de l’identique ni par celui d’immortalité.
L‘auteur explique que les intérêts financiers du clonage reproductif n’ayant pas encore été évalués, cela lui laisse le rôle de "merveille", d’objet rare donc "divin". Beaucoup de sectes manquent d’une grande transgression et ont pour la plupart recours au sacrifice humain. Mais ici il s’agit "du sacrifice de l’humain".

Le Figaro 14/01/03

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres