Quand le clonage sera-t-il interdit à l’ONU ?

Publié le : 7 novembre 2002

Le 10 août 2001, la France et l’Allemagne saisissaient le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, pour que débute une négociation sur « une convention universelle interdisant le clonage humain à des fins de reproduction » (cf. revue de presse du 10/08/01). 

En novembre 2001, la sixième commission de l’ONU recommandait la création d’un comité spécial pour étudier l’élaboration éventuelle d’une convention internationale contre le clonage d’êtres humains à des fins de reproduction (cf. revue de presse du 20/11/01). 

Lors de la première réunion de ce comité en février dernier, la proposition présentée par l’Allemagne et la France de condamner le clonage reproductif et d’élaborer une convention juridiquement contraignante visant son interdiction a reçu un soutien massif. Néanmoins, les délégations sont restées divisées sur la question du clonage thérapeutique. Alors que des pays comme la Chine et la France considéraient que le clonage thérapeutique devait être distingué du clonage reproductif et ne devait pas être inclus dans l’interdiction que vise la future convention, des pays comme l’Espagne ou les Etats-Unis estimaient que la distinction faite entre clonage thérapeutique et clonage reproductif était sans fondement scientifique. Au nom des pays nordiques, la représentante de la Suède a souhaité que la future convention ne porte que sur le clonage reproductif afin de ne pas perdre de temps à élargir la discussion à d’autres thèmes (cf. revue de presse du 28/02/02 et 04/03/02).

En octobre, lors d’une nouvelle séance, les deux projets de résolution ont été débattus (cf. revue de presse du 18/10/02) sans pour autant arriver à une décision commune. L’un est en faveur d’une interdiction complète de toute forme de clonage – soutenu par l’Espagne, les Philippines et les Etats-Unis et une trentaine d’autres pays. L’autre, issu de l’initiative conjointe de la France et de l’Allemagne, vise une interdiction limitée au clonage dit « reproductif ».

Face au désaccord profond entre les deux partis, la décision d’une convention commune a été reportée à l’année prochaine.

<p>Scienceetavenir.com 06/11/02 - Newscientist (Emma Young) 06/11/02 - Gènéthique</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres