Promouvoir le don d’ovocytes ?

Publié le 20 Mai, 2008

Alors que l’Agence de la biomédecine lance cette semaine une campagne d’informations sur le don d’ovocytes, afin d’en pallier la "pénurie", La Croix se demande s’il faut encourager cette pratique (cf. Synthèse de presse du 19/05/08).

"Jusqu’où faut-il aller pour pallier la stérilité ?", s’interroge Dominique Quinio, face à certaines revendications pour obtenir un assouplissement de la loi actuelle. Mais, au-delà, cette question du don d’ovocytes soulève celle plus générale de l’aide à la procréation. "Doit-on entendre favorablement toutes les demandes, notamment quand elles ne sont pas liées à des problèmes médicaux et qu’elles nécessitent de faire appel à des tierces personnes ? (…) Faut-il que la médecine "compense" par des prouesses technologiques l’évolution biologique naturelle ? Dans une course en avant qui pourrait être sans fin."

L‘Agence de la biomédecine déplore une "pénurie généralisée" qui ne permet pas de satisfaire toutes les demandes. En 2005, 168 femmes auraient donné leurs ovocytes, permettant à 320 couples de tenter une fécondation in vitro et donnant naissance à 100 enfants (le taux de succès est estimé entre 35 et 40%). Mais, toujours selon l’Agence de la biomédecine, il aurait fallu 700 donneuses pour répondre à la demande de plus de 1 200 couples. Ce "manque" de donneuses s’explique notamment par le fait qu’il s’agit d’un acte lourd, médicalement et psychologiquement, et par l’encadrement légal posé par la loi de bioéthique de 2004.

Selon la loi de 2004, le don d’ovocytes est volontaire, gratuit et anonyme et doit être réalisé dans des centres publics autorisés. Par ailleurs, la donneuse doit déjà être mère et le couple receveur doit être en âge de procréer, marié ou en mesure de prouver une vie commune d’au moins deux ans et souffrir d’insuffisances ovariennes ou de pathologies génétiques qui pourraient être transmises à l’enfant.

Quelques voix s’élèvent pour tenter d’obtenir un assouplissement de ce cadre légal. Elles demandent notamment d’augmenter la limite d’âge des donneuses (ce qui n’aurait pas beaucoup de sens dans la mesure où, après 35 ans environ, plus la donneuse est âgée, plus le taux de succès baisse), d’abroger l’obligation faite aux donneuses d’être déjà mères (comme en Espagne par exemple), de lever l’anonymat ou encore de rémunérer cette pratique aujourd’hui uniquement défrayée.

A propos de la rémunération, pour Stéphane Viville (CHU de Strasbourg), ce don doit être "un geste altruiste, loin de toute logique commerciale", afin de ne pas provoquer de dérives mercantiles. Quant à l’anonymat – si certains sont favorables à l’accès aux origines ou tout au moins de laisser aux parents le choix entre don croisé et anonyme et don direct où donneuse et receveuse se connaissent – d’autres craignent que sa levée n’enclenche une baisse des dons et ne remette en cause la philosophie actuelle dans laquelle "le repère biologique est relativisé", la filiation s’appuyant "sur une histoire humaine, construite autour du désir d’enfant et d’une transmission au quotidien plutôt que sur le lien génétique".

L‘Agence de la biomédecine veut donc, par sa nouvelle campagne, à la fois encourager les dons mais aussi "éviter que le cadre légal choisi par la France ne vole en éclats". "La pression est forte, car le désir de transmettre la vie est si puissant qu’il conduit à toutes les transgressions. L’enjeu, c’est de répondre aux demandes, car autrement, on crée une inégalité entre les couples qui auront l’argent pour se rendre à l’étranger et les autres. Mais d’y répondre en respectant certaines valeurs", explique Jean-Marie Kunstmann, responsable du Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humain (Cecos)…

La Croix (Marine Lamoureux) 20/05/08

Partager cet article

Synthèses de presse

15_cellules_souhces_adn_genetique

Des cellules souches mâles et femelles fabriquées à partir du même individu

Une « preuve de concept » que les chercheurs israéliens estiment pouvoir décliner pour toutes les cellules humaines ...
PMA : du sperme utilisé sans consentement
/ PMA-GPA

PMA : du sperme utilisé sans consentement

Deux enfants se sont aperçus que leurs pères biologiques n’avaient pas donné leur accord pour l’utilisation de leurs gamètes ...
Royaume-Uni : augmentation du nombre de mères porteuses
/ PMA-GPA

Royaume-Uni : augmentation du nombre de mères porteuses

Entre 2020 et 2021, le nombre de femmes s’étant portées candidates pour devenir mères porteuses au Royaume-Uni a été multiplié ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres