Promesses du sang de cordon ombilical et blocages en France

Publié le 30 Juin, 2007

Source de cellules pluripotentes

 

Le sang de cordon, présent dans le cordon ombilical qui relie le nourrisson au placenta, peut être prélevé après la naissance, sans contrainte pour l’enfant ni pour sa mère. Plus de cent millions d’enfants naissent chaque année dans le monde, ce qui représente une quantité considérable de cellules souches disponibles, couvrant une grande variété de types tissulaires. Le sang de cordon est généralement incinéré après la naissance alors qu’il représente une source éthique de cellules souches pluripotentes pour la majorité de la population mondiale. Son stockage, par congélation, est facile et sa disponibilité plus grande que celle des cellules souches issues de la moelle osseuse. Contrairement aux cellules souches embryonnaires qui nécessitent la destruction de l’embryon, le recueil du sang placentaire est un acte totalement éthique et accessible à tous qui ouvre de grandes perspectives thérapeutiques.

 

Les perspectives thérapeutiques

 

Le sang de cordon contient un groupe de cellules souches très rares et très immatures qui ont la capacité exceptionnelle de former plusieurs types de tissus. Le Professeur Colin McGuckin, de l’Université de Newcastle a été le premier au monde à avoir démontré (en 2005) l’existence de cellules pluripotentes dans le sang de cordon, c’est-à-dire qui ont la propriété de se transformer en de nombreux tissus différents. Cette équipe parvient à créer du foie, mais aussi du tissu nerveux, du tissu de pancréas, des vaisseaux sanguins, à partir de ces cellules extraites du sang de cordon. Elle a aussi utilisé ces cellules souches pour régénérer du tissu de cornée humaine.

 

Le 24 octobre 2006, le Pr. McGuckin a publié d’autres résultats étonnants : la création pour la première fois d’un mini foie en 3 dimensions et il y a quelques semaines, en juin 2007, son équipe publie dans Cell Proliferation un article montrant qu’elle a réussi à créer des tissus humains produisant de l’insuline.

 

Les greffes de sang de cordon ombilical sont utilisées depuis plus de vingt ans pour le traitement de maladies sanguines telles que les leucémies ou les drépanocytoses. Mais elles ne le sont  pas seulement pour les maladies liées au système sanguin ou immunitaire (bébé bulle) : elles le sont aussi pour des pathologies touchant la moelle osseuse, le système nerveux ou le métabolisme, comme le diabète juvénile ou la cornée humaine. Le sang de cordon est ainsi utilisé pour traiter plus de 85 maladies, dont récemment la maladie de Krabbe, une maladie génétique touchant le développement du système nerveux. S’agissant de la reconstitution des cellules du foie, les applications sont nombreuses, notamment pour les entreprises pharmaceutiques qui veulent tester l’impact de leurs médicaments sur le foie, sans avoir recours à l’animal de laboratoire.

 

Pourtant, certains chercheurs continuent à nier l’efficacité thérapeutique des cellules de sang de cordon, à l’instar de Marc Peschanski, directeur du laboratoire de l’Inserm d’Evry, qui, cofinancé par l’Association française contre les myopathies (AFM), travaille sur les cellules embryonnaires et affirme que « les cellules de sang de cordon n’ont pas apporté la preuve de leur efficacité dans le domaine de la médecine régénérative » (1).

 

Pénurie, retard et préjudice

 

Conformément à l’avis rendu par le Comité consultatif national d’éthique le 12 décembre 2002, les autorités françaises refusent les banques privées au nom des principes de solidarité, de gratuité et d’anonymat du don or, aujourd’hui, la France ne compte que 2 banques publiques de sang de cordon, à Bordeaux et à Besançon. 

 

Entre 1994 et 2005, les hôpitaux ont importé 63% des greffons alors que ces derniers coûtent dix fois plus cher (20 000 euros) que s’ils avaient été conservés en France. Comment justifier que, dans ce contexte de pénurie de dons, plus de 2000 cordons ombilicaux soient détruits chaque jour ? La France ne dispose que de 5800 unités de sang placentaire disponibles, (ce qui la classe au 16è rang mondial, derrière la république tchèque), il en faudrait dix fois plus pour répondre à toutes les demandes. L’Agence de biomédecine vient de décider d’allouer un budget de 575 000 euros pour disposer, d’ici trois ans, d’un stock de 10 000 unités placentaires. Cela semble dérisoire comparé à d’autres pays : ainsi, la Suède a débloqué 2 millions d’euros pour dépasser les 250 000 unités (pour 9 millions d’habitants).

 

Selon certains juristes, ce retard pourrait un jour être assimilé à un préjudice par les patients qui pourraient alors attaquer les médecins coupables de ne pas leur avoir permis de bénéficier de cette technique.

 

Les banques de sang de cordon sont un maillon indispensable pour les progrès de la médecine régénérative. Comme le conclut le journaliste de La Vie, qui vient de consacrer un article passionnant à cette question (1), « la généralisation de la collecte de sang de cordon ne peut relever que d’une volonté politique ». Aux Etats-Unis, par exemple, le Congrès a voté 265 millions de dollars pour développer un réseau de banques publiques à travers le pays… Dans d’autres pays, comme en Angleterre, se développent des modèles intéressants de banque, comme celui de la Virgin Health Bank, semi privée-publique (cf article Les cellules de sang de cordon au secours du diabète insulino-dépendant).

Pour se développer, cette recherche nécessite un travail de concertation entre les gouvernements, les milieux médicaux, les industriels et le grand public. 

 

 

1. L. Grzybowski , Sang de cordon : l’étrange omerta, La Vie, 5 juillet 2007

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres