Projet de loi sur la bioéthique : focus sur le sang de cordon

Publié le : 6 septembre 2010

Le Quotidien du médecin publie la réaction de Pierre Le Coz, vice-président du Comité consultatif national d’éthique, sur le projet de loi sur la bioéthique dévoilé par Roselyne Bachelot la semaine dernière. Il estime celui-ci "bien équilibré": "L’esprit de la loi est bien celui de l’autonomie, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire de l’autorégulation ou de l’autolimitation. Il faut rappeler aux gens que la liberté ne se trouve pas dans l’absence de contraintes ni la subversion, mais dans le fait de se donner des limites".

Pourtant, il regrette que le projet de loi n’ouvre pas la voie à la conservation autologue de sang de cordon. Alors que le nombre de greffes de sang placentaire crée une forte demande de conservation de sang de cordon, les banques allogéniques publiques, seules permises en France, ne contiennent que 8 500 unités pour un besoin estimé à 20 000 ou 40 000 greffons. "Je suis choqué par la situation : c’est une dégringolade pour la France alors que nous étions pionniers, en 1987, avec la première greffe mondiale de sang de cordon effectuée par le Pr Eliane Gluckman chez un enfant atteint d’un dysfonctionnement de la moelle osseuse. La médecine régénérative peut être une vraie révolution".

Certains chercheurs, dont le Pr Gluckman, ont pris position pour la légalisation des banques privées ou mixtes (qui permettent de préserver un mode de conservation fondé sur des dons non dédiés). Pour Pierre Le Coz, "

les législateurs ne peuvent-ils pas trouver un système qui puisse permettre de poursuivre la recherche sur cette potentialité thérapeutique et protéger en même temps les citoyens d’une dérive autocentrée ? Il s’agit vraiment d’un manque d’imagination".

Le Quotidien du Médecin (Stéphanie Hasendahl) 06/09/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres