Prélèvement forcé d’organes en Chine : l’inquiétude des experts de l’ONU

Publié le 15 Juin, 2021

Des prisonniers politiques feraient l’objet de prélèvements forcés d’organes en Chine, d’après des « informations crédibles » reçues par des experts de l’ONU. Ces prélèvements viseraient essentiellement des « prisonniers issus de minorités ethniques, linguistiques et religieuses ». Des prélèvements qui ciblent les adeptes de la secte Falun Gong, des « Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens », précisent les Rapporteurs spéciaux ainsi que les experts du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire.

Les organes concernés seraient « des cœurs, des reins, des foies, des cornées et, plus rarement, des morceaux du foie ». Ce trafic « impliquerait des professionnels du secteur de la santé, notamment des chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux  », ont expliqué les experts qui déclarent être « extrêmement alarmés » dans un communiqué. Le sujet avait déjà été pointé par « d’autres experts des droits humains de l’ONU en 2006 et 2007, sans succès ».

Le porte-parole de la mission chinoise à Genève, Liu Yuyin, a rejeté toutes ces accusations « catégoriquement ». Officiellement, le prélèvement forcé d’organes est interdit en Chine « depuis janvier 2015 ». Ce qui n’a pas « lev[é] les inquiétudes ».

Source : AFP (14/06/2021) – Photo: Pixabay

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »
/ Fin de vie

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »

Un jeune Belge, diagnostiqué haut potentiel et autiste, a effectué 7 tentatives de suicide. « Après en avoir discuté avec ...
istock-518234140
/ Genre

Genre : ménopausées à 20 ans à cause de la testostérone

Une étude révèle que les hommes transgenres souffrent de problèmes « post-ménopause », comme l'incontinence, dès l'âge de 20 ans ...
Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical
/ E-santé

Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical

Au Kenya, l’application Snark Health propose aux patients de vendre leurs données de santé pour ne pas avoir à payer directement leurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres