PPL Claeys-Leonetti, une synthèse impossible ?

Publié le : 6 mars 2015

La proposition de loi Claeys-Leonetti, qui sera discutée les 10 et 11 mars prochains et votée le 17 mars en première lecture à l’Assemblée nationale, ne satisfait ni les pro, ni les anti-euthanasie.

 

Les clivages politiques sont « transcendés » puisque des députés de gauche et de droite manifestent leur opposition à ce texte. Bruno Nestor Azaro, député PS de la Martinique, « prévoit d’intervenir en faveur du développement de soins palliatifs », rejoignant ainsi la position de Véronique Besse, députée non-inscrit de Vendée, qui a présentée une proposition de résolution sur le sujet signée par des députés UMP et UDI (Cf. Gènéthique vous informe du 20 février 2015).

 

Tandis que l’UMP soutient officiellement la proposition de loi, certains députés UMP, comme Hervé Mariton, ont affirmé qu’ils ne voteront pas ce texte[1]. « A quoi bon un nouveau texte, si ce n’est pour ouvrir, à terme, un droit à une sédation terminale, c’est-à-dire l’euthanasie active ? » a-t-il déclaré.

 

De l’autre côté de l’échiquier politique, Olivier Falorni, député radical de gauche de Charente-Maritime et membre de l’ADMD, fait également savoir son mécontentement et menace le gouvernement : « La concrétisation de l’engagement 21 était l’une des trois conditions posées par le Parti radical de gauche pour continuer à faire parti du gouvernement. Sans ce soutien, il n’aura plus la majorité à l’Assemblée ». Il précise que cette concrétisation passe par la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie. Un avertissement lancé à la veille des départementales…

 

Le jour de l’examen en première lecture à l’Assemblée de la proposition de loi, le 10 mars à 13h, sur la place des Invalides, le collectif « Soulager mais pas tuer » a prévu un rassemblement « pour manifester [sa] vigilance et [ses] réticences ». Son porte-parole Tugdual Derville a déclaré hier lors d’une conférence de presse que cette proposition de loi était « inutile et dangereuse ».

 

[1] Gènéthique a suivi les premiers échanges qui ont eu lieu à l’Assemblée nationale sur la fin de vie et la proposition de loi Claeys-Leonetti. La retranscription de ces échanges révèle les fractures au sein même des groupes parlementaires : cf. Les différents groupes parlementaires prennent position sur la fin de vie, et Euthanasie, suicide assisté : la proposition des verts est renvoyée sine die.

<p>Pèlerin (Gwénola de Coutard) 5/05/2015 - L'Express 5/03/2015 - Le Monde (Yohan Blavignat) 5/03/2015</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres