PMA : la dette de la vie

Publié le 23 Juin, 2020

Le projet de loi de bioéthique dont l’examen en deuxième lecture à l’Assemblée nationale doit débuter le 6 juillet soulève dans son chapitre II « un problème fondamental » : « Comment répondre au besoin des enfants nés par PMA de connaître leurs origines ? » Une question qui « n’est pas nouvelle », rappelle Nicolas Bauer, chercheur associé au European Centre for Law and Justice (ECLJ) et doctorant en droit à l’université de Strasbourg. « La PMA avec donneur est déjà institutionnalisée depuis 1973 en France pour les couples homme-femme et des milliers d’enfants nés d’un tiers donneur sont donc devenus adultes », précise-t-il. Ainsi, l’association PMAnonyme qui rassemble des personnes « le plus souvent » nées après un don de sperme et à la recherche de leur père biologique n’a pour l’instant pas eu gain de cause (cf. 70 jeunes adultes nés d’un don de gamètes à la recherche de leurs origines ; Don de gamètes : les revendications de l’association PMAnonyme ). La loi française « pour le moment, leur oppose une fin de non-recevoir et sanctionne pénalement la levée de l’anonymat des donneurs de gamètes », explique Nicolas Bauer.

 

Une situation à laquelle le chapitre II de la loi de bioéthique veut apporter des solutions, pour « mettre le droit français en conformité avec les droits de l’enfant ». Mais le chapitre est « insuffisant », explique le chercheur, « pour deux raisons principales ». La première : « les enfants issus d’un don de gamètes devront attendre leur majorité pour connaître leurs origines biologiques », quand les témoignages montrent que la quête de ces personnes « commence dès l’enfance ou l’adolescence, lorsqu’ils comprennent que l’homme qui les éduque n’est pas leur géniteur », et alors que « la Convention internationale des droits de l’enfant reconnaît le droit de connaître ses parents biologiques ». La deuxième raison : « le dévoilement de l’identité du parent biologique inconnu dépendra du consentement de ce parent ». Sans ce consentement, « la personne née par PMA devra se contenter de ″données non identifiantes″ ».

 

Pour Nicolas Bauer, l’intention du législateur est de « rassurer les couples ou femmes seules ″receveurs″ et les donneurs de gamètes ». « Les droits de cet enfant resteront ainsi subordonnés à la volonté d’adultes », estime-t-il. Ce qui « est contraire au principe même de toutes les conventions internationales protégeant les droits de l’homme, qui font reposer ceux-ci sur la dignité humaine et non sur la volonté d’un autre ». Contraire aussi à « la Convention internationale des droits de l’enfant [qui] rappelle le droit, dès la naissance, non seulement de connaître ses parents biologiques mais aussi d’être élevé par eux ».

 

Ainsi, « la violation des droits de l’enfant n’est pas causée uniquement par les modalités du don de gamètes (anonymat ou non du donneur), mais aussi par son objet ». « Par essence, cette technique de PMA prive sciemment l’enfant de l’établissement de sa filiation biologique », affirme le chercheur. Et ces enfants sont « tenus par une ″dette existentielle″ : la PMA avec donneur viole leurs droits, mais leur a permis d’exister. Ils se sentent donc ingrats de la critiquer ».

 

Pour aller plus loin :

Connaître ses parents biologiques : « condition sine qua non pour savoir qui on est complètement »

PMA, la consécration du marché du corps humain servie par les dérives du droit

Parenté d’intention : « une révolution à 180 degrés » pour Dominique Folscheid

La PMA en passe de provoquer une évolution génétique de l’humanité et une dépendance croissante à la technologie

Le Figaro, Nicolas Bauer (22/06/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

01_OGM_blé
/ OGM

Royaume-Uni : Une loi pour faciliter les essais de cultures génétiquement modifiées

Le gouvernement britannique soutient « l’édition et à la modification génétiques en tant qu’aides à la modernisation de l’agriculture » ...
14_sequencage_istock-519862147
/ Génome

Un projet pour séquencer le génome de toutes les espèces eucaryotes sur la Terre

Le Earth Genome Project impliquera 44 institutions de 22 pays. Lancé en 2018, le projet monte en puissance ...
Deux reins de porc greffés à un homme en état de mort cérébrale
/ Don d'organes

Deux reins de porc greffés à un homme en état de mort cérébrale

Depuis l'été dernier, il s'agit de la troisième expérience de ce type. Cette fois, les reins ont été greffés « ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres