PMA : la culture d’embryons responsable d’anomalies du développement placentaire et de la croissance fœtale

Publié le : 9 juin 2020

Des chercheurs de la Perelman School of Medicine de l’université de Pennsylvanie ont établi « un lien entre une procédure spécifique – la culture d’embryons – qui fait partie du processus de procréation médicalement assistée (PMA) et les anomalies placentaires, le risque de prééclampsie et la croissance fœtale anormale ». Les résultats ont été publiés dans la revue Development[1].

 

La PMA qui a donné lieu à « des millions de naissances dans le monde » « s’accompagne de certains problèmes ». « La question a toujours été de savoir si le risque accru est fonction de l’infertilité ou s’il est dû à ces procédures, parce que vous faites toutes ces manipulations en dehors de l’environnement normal », explique Marisa Bartolemei, professeur de biologie cellulaire et développementale, qui dirige l’équipe ayant mené ces recherches.

 

Quatre procédures faisant partie de la procédure globale de PMA ont été étudiées avec un modèle souris : la stimulation hormonale, la fécondation in vitro (FIV), la culture d’embryons et le transfert d’embryons. Avec pour objectif d’évaluer « comment elles contribuent individuellement » au développement placentaire et à la croissance fœtale.

 

Les procédures de PMA chez les souris « provoquent des anomalies placentaires sans rapport avec l’infertilité sous-jacente ». « Les quatre procédures ont conduit à une réduction du poids du fœtus au milieu de la gestation » et « la procédure de FIV complète a conduit à un risque accru de prééclampsie ». Mais « la procédure de culture d’embryons – où la fécondation de l’ovule avec le sperme a lieu dans un milieu destiné à reproduire les nutriments essentiels présents dans l’oviducte et est placée dans un incubateur destiné à imiter l’utérus – avait les effets les plus importants sur les anomalies et les résultats négatifs » : « un poids fœtal réduit, des placentas plus grands et une composition de cellules placentaires modifiée ». En effet, « la procédure de culture d’embryons a été associée à une méthylation défectueuse de l’ADN placentaire, ce qui peut entraîner des anomalies du placenta et des effets néfastes possibles sur le fœtus ».

 

Pour Marisa Bartolomei, « nous ne savons pas vraiment ce qui se passe dans le corps humain ». Alors « les endocrinologues de la reproduction cherchent à savoir si l’embryon placé dans le milieu de culture s’est développé dans ce que nous pensons être le bon laps de temps, avec le bon nombre de cellules pour le stade où il se trouve, etc. » La culture d’embryons est « une tentative de simulation » de l’environnement du corps de la mère estime le chercheur.

 

 

Pour aller plus loin :

GPA : elle frôle la mort lors de l’accouchement

Naissance de sextuplés : la stimulation ovarienne en question ?

Deux fois plus de malformations cardiaques après une FIV, quatre fois plus si ce sont des jumeaux

Bébés issus d’une PMA : +45% de risque de mourir avant sa première année

« Les médecins et les gynécologues ne connaissent finalement pas grand-chose à l’infertilité »

 


[1] Lisa A. Vrooman et al, Assisted reproductive technologies induce temporally specific placental defects and the preeclampsia risk marker sFLT1 in mouse, Development (2020). DOI: 10.1242/dev.186551

 

<p>Medical Xpress, Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania (08/06/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres