PMA, GPA : « On procède par glissements successifs qui rendent inéluctable la transgression finale »

Publié le 14 Juil, 2016

Pascale Morinière, vice présidente de la Confédération Nationale des AFC[1], réagit à la dernière mesure du gouvernement en matière de PMA (cf. Tourisme procréatif : Marisol Touraine justifie l’abrogation du « texte de janvier 2013 »), et déclare que « nous ne pouvons jouer la surprise » face à cette « attitude irresponsable ».

 

Elle déplore « la méthode » employée : « plutôt que de lancer un débat de société (…) on procède par glissements successifs qui rendent inéluctable la transgression finale ». Elle identifie le premier glissement à la circulaire de janvier 2013, qui « demandait qu’un certificat de nationalité française soit délivré aux enfants nés à l’étranger d’un père français et d’une mère porteuse ». Le second à l’abrogation récente d’une autre « circulaire », qui elle « rappelait les sanctions encourues par les gynécologues orientant les femmes vers l’étranger pour une PMA pratiquée en violation de la loi française ». Elle note au passage que les « 130 médecins ayant publié le 19 mars dernier une tribune dans un grand quotidien pour clamer qu’ils contreviennent à la Loi ne sont visiblement pas inquiétés  ni par la justice, ni par l’Ordre des médecins, ne par l’opinion publique » (cf.PMA : Les revendications des 130 médecins et biologistes « montrent la ruine de la réflexion éthique » ). Les glissements suivants sont « facilement » prévisibles : « Si les couples lesbiens peuvent facilement pratiquer une PMA à l’étranger, pourquoi l’interdire en France ? » ; et enfin : « Pourquoi serait-il juste de priver les couples homosexuels de ce dont bénéficient les couples lesbiens ? », soit pourquoi interdire la GPA ?

 

Pascale Morinière décrypte également les ressorts de cette méthode : la « victimisation », qui « fait pleurer dans les chaumières et fait honte à ceux qui ‘discriminent’ ». Ainsi « la plupart des français se disent ‘en fait, ça ne me dérange pas’ », et les chiffres des sondages évoluent doucement.

 

Mais « où est le débat de fond sur ce sujet ? Où est la réflexion posée, honnête, ouverte, étayée, pluraliste ? Où est le débat démocratique ? » interroge-t-elle. « Qui se préoccupera des plus petits, des plus faibles, des ‘sans voix’ que sont les enfants ? Qui se demandera s’il est juste, de priver ainsi délibérément un enfant de son père ? N’est ce pas la que réside vraiment la discrimination ? »

 

 

[1] Associations Familiales Catholiques

AFC, Pascale Morinière (11/07/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres