PMA en prison ?

Publié le : 10 novembre 2011

En France début novembre 2011, l’Académie nationale de médecine a constitué un groupe de travail "Procréation médicalement assistée et prison", qui a pour vocation d’arbitrer les problèmes médicaux, éthiques et sociaux liés à ce type de demandes. Selon un praticien hospitalier de la prison de Fresnes, ces demandes de PMA formulées par des personnes détenues et leur famille seraient "de plus en plus nombreuses et pressantes".

Le Professeur Roger Henrion, rapporteur du groupe, qualifie ce sujet de "sensible" et "inédit". Il n’avait en effet jamais été évoqué publiquement, ni même lors du débat parlementaire de la loi de bioéthique au printemps 2011. La problématique est complexe, car elle demande de répondre à des questions telles que "la privation de liberté s’étend-t-elle à celle d’avoir un enfant?" ou à celle de "la nature de la parentalité dans de telles conditions" ou à "celle des modalités d’éducation de l’enfant" ? Qu’en est-il également sur la notion de "vie commune" comme condition prévue par les protocoles pour initier une PMA ?

Douze membres de l’Académie (gynécologues-obstétriciens, pédiatres, psychiatres, etc) auditionneront des spécialistes de la PMA, des fonctionnaires des administrations pénitentiaires et judiciaires, des avocats et des éthiciens, afin de constituer un rapport le plus complet possible sur le sujet. Ce dernier prévu pour avril 2012 n’est pas censé apporter une réponse définitive, mais devrait répertorier l’ensemble des arguments contradictoires afin de faire la lumière sur cette problématique.

Le Quotidien du Médecin.fr (Christian Delahaye) 10/11/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres