Plan national de lutte contre l’infertilité : le début des travaux

Publié le 11 Oct, 2021

Ce 11 octobre débutent les travaux sur l’infertilité prévus par la loi bioéthique 2021. Pour piloter le groupe de travail, le ministre de la Santé a missionné Samir Hamamah, responsable du service de biologie de la reproduction et DPI au CHU de Montpellier[1]. Avec une dizaine d’autres membres, ils mèneront « une centaine d’auditions ».

Les premières conclusions de ce plan national de lutte contre l’infertilité seront rendues fin 2021. D’ores et déjà, les copilotes s’axent vers l’ « information et la prévention ». Ils comptent également « développer la recherche fondamentale sur l’infertilité »[2].

[1] NDLR : Le professeur Samir Hamamah a mené des protocoles de recherche sur l’embryon humain ; il s’est prononcé en faveur du tri des embryons en éprouvette lors de son audition par la mission d’information relative à la bioéthique (cf. Audition à l’Assemblée nationale sur les DPN – DPI : la traque aux malformations de l’embryon ; Montpellier : Projet d’un centre de fertilité financé par de riches américains)

[2] NDLR : A ce jour la recherche fondamentale sur l’infertilité passe principalement par la recherche sur l’embryon humain.

Source : La Croix, Alice Le Dréau (11/10/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres