Pétition contre la recherche sur l’embryon humain

Publié le 13 Jan, 2011

La Croix annonce la pétition de Stanislas de Larminat, ingénieur à la retraite, qui vient d’écrire à tous les députés pour qu’ils amendent l’article 23 du projet de loi sur la recherche sur l’embryon (cf. Synthèse de presse du 24/12/10). Cette pétition a à ce jour recueilli plus de 7 000 signatures. Elle restera ouverte sur le site www.les2ailes.com jusqu’à la veille des débats sur le projet de loi de la bioéthique, début février. 

Alors que le projet de loi prévoit de faciliter la recherche sur l’embryon, pratique aujourd’hui interdite mais qui bénéficie de dérogations, la pétition réclame un moratoire sur ce type de recherche. Il explique en effet que l’embryon est un "être humain", "un être parce que ce n’est pas une chose et ‘humain’ parce que son développement ne conduit pas à la naissance d’un animal". Il ne peut donc être objet de recherche, à moins de céder "au principe d’utilité". Il rappelle également que les cellules souches adultes et les cellules iPS offrent aujourd’hui des perspectives thérapeutiques alternatives à la recherche sur l’embryon.

"On peut renverser les choses avec une pétition, cela s’est vu au niveau européen avec le principe de la clause de conscience, aujourd’hui reconnu", affirme-t-il, confiant. Mais encore faut-il également que les élus soient au fait des enjeux en matière de bioéthique.

La Croix (Marine Lamoureux) 13/01/11 – Zenit 12/01/11

Partager cet article

Synthèses de presse

istock_75796805_xxlarge
/ Fin de vie

Soutien des mutuelles à l’euthanasie : « ces organismes ne font même plus semblant »

Jeudi, la MGEN a envoyé un courrier aux députés dans lequel elle indique promouvoir l'euthanasie. La présidente de la SFAP ...
Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone
/ Genre

Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone

Deux chercheurs ont analysé le tissu ovarien de personnes transgenres ayant subi une ablation des ovaires après un traitement hormonal ...
Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin
/ Genre

Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin

L'algorithme peut reconnaître, dans plus de 90% des cas, si les IRM sont celles d'un « biologiquement masculin ou féminin ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres