Pays de Galles : mise en cause de la directrice d’une clinique transgenre

Publié le 1 Juil, 2022

Le 28 juin, un comité du MPTS[1] a estimé que « l’aptitude à exercer » du Dr Helen Webberley directrice d’une clinique transgenre, était compromise « pour des raisons d’intérêts publics plus larges » que son inconduite.

Directrice de Gender GP, clinique transgenre en ligne dans le Monmouthshire au Pays de Galles, elle est accusée de ne pas avoir « fourni [en 2016] de bons soins cliniques » à trois patients de 11, 12 et 17 ans.

En effet, elle avait prescrit des bloqueurs de puberté, analogues de la GnRH, à un enfant de 11 ans sans discuter des risques pour la fertilité lors de la consultation. De plus, elle a fait courir, à deux patients âgés de 12 et 17 ans, « un risque injustifié de préjudice », en omettant de fournir « des soins de suivi adéquat » après la prescription de testostérone.

« Pour des raisons d’intérêt public plus larges » que le simple manquement à l’information, le tribunal a conclu que les actions du Dr Webberley constituaient une faute grave.

Contrairement à son mari, le Dr Michael Webberley, suspendu puis radié du registre médical le 25 mai, le tribunal n’a pas encore statué sur la nécessité de lui imposer des sanctions (cf. Genre : Un médecin britannique suspendu). Toutefois sa précédente condamnation, en 2018, pour la direction d’une agence médicale indépendante non enregistrée, risque d’impacter la décision du tribunal qui pourrait la déclarer inapte.

[1] Le Medical Practitioners Tribunal Service organise des audiences pour prendre des décisions indépendantes sur l’aptitude des médecins à exercer la médecine au Royaume-Uni.

 

Source : The Epoch times, Owen Evans (28/06/2022) – Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

01_ogm_ble
/ OGM

La Chine autorise un blé génétiquement édité

La Chine a délivré une approbation « exceptionnellement rapide » à une édition du génome du blé ...
Neuralink : malgré les dysfonctionnements, la FDA autorise l’implantation d’un deuxième patient
/ Transhumanisme

Neuralink : malgré les dysfonctionnements, la FDA autorise l’implantation d’un deuxième patient

Lundi, la FDA a autorisé l’implantation d’un deuxième patient avec le dispositif Neuralink ...
Elle donne un embryon à des amis : un « regret total »
/ PMA-GPA

Elle donne un embryon à des amis : un « regret total »

Après avoir eu un enfant par FIV, une Australienne a fait don d’un embryon à des amis « qui luttaient ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres