P. Singer : la finance fait de l’éthique…

Publié le : 21 juillet 2003

En juin dernier, le groupe d’intérêts World Technology Network (réunissant entre autres Microsoft, Technology Review magazine, Science magazine et le Nasdaq) a remis lors de son congrès à San Francisco un prix d’éthique à Peter Singer, philosophe australien célèbre pour ses théories éthiques controversées. D’autres personnes ont également été nominées, à savoir Julian Savulescu de l’Université d’Oxford, proche des théories de P. Singer, et Dan Brock de la Brown University (Rhode Island – Etats-Unis), un ardent défenseur du clonage humain.

"Je ne pense pas que tuer un nouveau-né soit jamais équivalent à tuer une personne". "Un mois me semble un délai raisonnable à accorder aux parents pour décider si leur bébé doit continuer à vivre". "Un chimpanzé ou un cochon se rapproche bien plus du modèle d’être autonome et rationnel qu’un nouveau-né". Voilà le type de propos qui a valu à Peter Singer, professeur de bioéthique à Princeton, une renommée sulfureuse et une audience internationale. Pour Peter Singer, auteur de l’ouvrage "la libération animale", la vie humaine ne doit plus être considérée comme sacrée, l’homme n’a pas de valeur en soi. Toute vie humaine n’est pas d’égale valeur, ni toujours plus précieuse qu’une vie animale, estime P. Singer, pour qui "les défenseurs des droits de l’homme se rendent coupables d’un racisme sournois à l’encontre des autres créatures". Il situe le critère de la moralité d’un acte humain à la juste appréciation des intérêts de chacun. Il s’agit donc d’évaluer la solution pratique dans laquelle la somme d’intérêts sera la plus grande. Ainsi, il estime que si l’on accorde les droits liés au statut d’humain aux handicapés mentaux ou aux traumatisés cérébraux, alors il faut accorder le même privilège à certains animaux.

Peter Singer est également professeur de philosophie et directeur du Centre for Human Bioethics à Monash University à Melbourne, (Australie). Né en 1946 à Melbourne de parents autrichiens ayant fui le nazisme, il fit ses études de philosophie à Melbourne University et à Oxford University (Royaume-Uni), où il se spécialisa dans l’éthique et dans la philosophie politique. Son livre "la libération animale" a suscité de nombreuses polémiques en particulier en Allemagne et en Autriche où il a été accusé de défendre des thèses nazies. Nombre de ses conférences y furent annulées.

Gènéthique 21/07/03

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres