Opération cardiaque in utero

Publié le : 27 février 2002

Pour la première fois des chirurgiens américains ont réussi une opération cardiaque sur un fœtus âgé de 23 semaines. Le New York Times du 25 février relate l’histoire du petit Jack né en novembre dernier en bonne forme après une intervention cardiaque in utero.

 

Vers vingt semaines de grossesse, une échographie avait décelé une grave anomalie cardiaque, pouvant entraîner pour les cas les plus graves un handicap potentiellement mortel. « Nous avons réussi à traiter un fœtus qui serait né avec un seul ventricule dans le cœur au lieu de deux » a déclaré l’un des cardiologues.

 

Aucune autre intervention n’a donc été nécessaire à la naissance de l’enfant. Cette opération est une réussite d’autant plus importante qu’un fœtus de cet âge se déplace en permanence et que son cœur n’est pas plus gros qu’un grain de raisin. Il n’existe d’ailleurs pas d’instruments chirurgicaux adaptés à un organisme aussi petit.

En France, seuls quelques équipes chirurgicales très spécialisées prennent en charge les malformations cardiaques de l’enfant. Généralement la plupart des malformations du type de celles que présentaient le jeune Jack aboutissent à une interruption médicale de grossesse. Sinon, l’enfant est rapidement opéré après la naissance puis vers l’âge de deux-trois ans.

 

Le professeur Frédéric Bargy, chirurgien-pédiatre à l’hôpital Saint Vincent de Paul, explique que la première intervention in utero s’est faite en 1989 en France et en 1986 aux Etats-Unis. Le professeur Bargy et le professeur Sapin avaient effectué cette première opération in utero en France. 

<p>Le Figaro 27/02/02 – Libération (Sandrine Cabut) 27/02/02 - Gènéthique</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres