Olivier Rey : « En ayant décrété “le droit à mourir dans la dignité”, on se trouvera dans les faits à avoir étendu le domaine de l’indignité »

Publié le 22 Avr, 2021

Pour comprendre les débats autour de l’euthanasie, il faut interroger le rapport à la vie estime le philosophe et essayiste Olivier Rey. « D’un côté il y a ceux qui s’estiment propriétaires de leur vie. Ils attendent des institutions, et notamment de l’institution médicale, qu’elles mettent tout en œuvre pour garantir ce bien dont ils disposent ». Mais « si jamais l’existence ne leur donne plus satisfaction, ne correspond plus à l’idée qu’ils s’en font, ils attendent de cette même institution médicale qu’après avoir veillé sur leur vie, elle les en débarrasse. » Et il y a ceux qui « s’estiment dépositaires de leur vie ».

Les défenseurs de l’euthanasie revendiquent un « droit », qui serait sans conséquence pour ceux qui ne souhaitent pas l’utiliser. Un argument qui « manque de sérieux » pour le philosophe. Si l’euthanasie est légalisée, « ils modifieront le monde commun » assure Olivier Rey. En effet, des médecins devront alors « donner la mort », quand « toute une frange de la population se trouvera réduite à décider entre injection létale et survie dans l’indignité ». Car en utilisant le terme de mourir dans la dignité, les militants pro-euthanasie affirment que toute personne qui refuserait de recourir à l’« aide active à mourir », dans « certaines conditions », devient « indigne ».

En conséquence, le malade se sentira scruté. « Craignant d’indisposer ses proches ; de dégoûter les gens en plein possession de leurs moyens ; imaginant, ou lisant dans le regard de certains : moi, dans ces conditions je préférerais demander à en finir. » Alors, « en ayant décrété “le droit à mourir dans la dignité“, on se trouvera dans les faits à avoir étendu le domaine de l’indignité », prévient Olivier Rey. En ayant institué « le droit à une fin de vie libre et choisie », « on se trouvera moralement obligé de débarrasser le plancher ».

 

Source : Valeurs actuelles, Olivier Rey (22/04/2021) – Photo : Pixabay

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres