Obtention de neurones à partir de cellules de peau

Publié le 30 Mai, 2011

Des chercheurs californiens de l’Université de Stanford ont réussi à obtenir, à partir de cellules de peau de foetus ou de nouveaux-nés humains, des cellules se comportant comme des neurones. Leurs résultats sont parus dans la revue Nature*.

Les cellules de peau n’ont pas été reprogrammées en cellules souches pluripotentes mais directement transformées en neurones. La technique utilisée par les chercheurs, déjà démontrée sur la souris (Cf. Synthèse de presse du 28/01/10), consiste à introduire 4 différents facteurs de transcription dans les cellules de peau foetales (via des virus génétiquement modifiés). Les neurones obtenus ont une morphologie typique de cellule nerveuse et expriment des marqueurs de neurones "normaux". Beaucoup, en se développant, ont établi des contacts avec d’autres cellules nerveuses et se sont avérés capables de générer les phénomènes électriques attendus.

Si l’on savait déjà qu’il était possible de convertir une cellule spécialisée en cellule souche pluripotente induite (iPS), on ne savait pas qu’une cellule spécialisée pouvait être conduite à se différencier d’une façon autre que le retour à la pluripotence, a expliqué Marius Wernig, professeur adjoint de pathologie à l’Ecole de médecine de l’université de Stanford. Des cellules spécialisées ont déjà été transformées en cellules d’un type semblable mais c’est la première fois, selon lui, que l’on voit des cellules spécialisées subir une conversion aussi radicale : "Nous avons montré qu’il est possible de convertir des cellules de peau directement en cellules nerveuses qui n’existent, habituellement, que dans le cerveau".

La modélisation de pathologies sera l’une des applications immédiates de cette découverte, estime le Pr. Wernig. Les cellules de peau de patients atteints d’une maladie neurologique pourraient être utilisées pour produire des cellules cérébrales permettant de faire progresser la recherche.

* Nature, "Induction of human neuronal cells by defined transcription factors", Zhiping P. Pang, Nan Yang, Thomas Vierbuchen, Austin Ostermeier, Daniel R. Fuentes, Troy Q. Yang, Ami Citri, Vittorio Sebastiano, Samuele Marro, Thomas C. Südhof & Marius Wernig, 26/05/11

Le Monde 28/05/11 – BBC (Neil Bowdler) 26/05/11

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres