Né à 23 semaines, il bouscule le délai de 24 semaines pour avorter

Publié le 27 Mai, 2008

Alors que les parlementaires britanniques viennent de décider de ne pas revenir sur le délai légal de 24 semaines pour avorter (cf. Synthèse de presse du 21/05/08), la presse consacre de nombreux articles au cas de Jayden, né prématurément, avec 13 semaines d’avance.

Aujourd’hui âgé de six mois et en parfaite santé, Jayden avait d’abord été diagnostiqué atteint d’une anomalie cérébrale incurable (le syndrome de Dandy-Walker). Les médecins avaient donc conseillé à ses parents d’avorter, ce qu’ils ont refusé. A cause de complications liées à sa grossesse, Leeann Phelan a finalement accouché à 23 semaines d’un garçon sans malformation qui, après avoir passé trois mois dans une unité spéciale, se porte bien. "Mon sang se glace à la pensée que nous aurions pu l’avorter, d’autant que les médecins se sont trompés dans le diagnostic", raconte sa mère.

Pour Peter Saunders, membre de la Pro Life Alliance Alive and Kicking, cette affaire révèle que des erreurs peuvent être commises au cours des diagnostiques prénataux et montre la pression qui peut être exercée sur les parents pour qu’ils avortent. "La survie de Jayden souligne combien est mauvaise la décision du Parlement de ne pas réduire le délai d’avortement à 22 ou 20 semaines", comme cela avait été proposé.

Dailymail.co.uk (Emily Andrews) 25/05/08 – Life News 27/05/08 – This is local London.co.uk 22/05/08

Partager cet article

Synthèses de presse

GPA : la Thaïlande veut faciliter le « tourisme médical »
/ PMA-GPA

GPA : la Thaïlande veut faciliter le « tourisme médical »

Les autorités thaïlandaises envisagent de modifier la loi sur la GPA pour autoriser les couples étrangers à y avoir recours ...
pixabay_-_question-mark-1872665_340
/ Genre

Bloqueurs de puberté : des données « insuffisantes »

Sur l'utilisation des bloqueurs de puberté, « les études contrôlées, à long terme, claires et concluantes, font défaut à l'heure actuelle » ...
Greffe de cellules souches : un patient en rémission du VIH et de la leucémie
/ Génome

Greffe de cellules souches : un patient en rémission du VIH et de la leucémie

Cinq ans après une greffe de cellules souches, un Californien de 68 ans, n'a plus aucune trace du VIH, ni ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres