‘Mourir accompagné, c’est mourir en société  »

Publié le : 6 février 2004

La conférence de consensus de l’Anaes (agence nationale d’accréditation et d’évolution en santé) vient de publier ses recommandations sur l’accompagnement de fin de vie. Elle exhorte les pouvoirs publics et la société civile à prendre leurs responsabilités dans un débat qui dépasse largement le cadre des soins.

Le comité a mis l’accent sur les valeurs sociales de l’accompagnement du malade qui sont en autres le respect, l’écoute, la communication, la dignité, l’humanité.., alors qu’elles ne semblent pas avoir cours dans notre société.

Emmanuel Hirsch, président du jury, insiste sur la continuité du soin :"l’accompagnement commence dès l’annonce du diagnostic ; la notion de continuité du soin va jusqu’à la chambre mortuaire et inclut le deuil". A ce titre le jury a recommandé la désignation de personnes référentes, au sein de l’équipe soignante et du côté de la famille, afin de favoriser une communication fluide et continue.

Les établissements de soins sont invités à être plus…"hospitaliers" avec les familles et les proches. Il est reproché que le travail relationnel en France ne soit pas valorisé dans les soins, contrairement aux actes techniques par exemple.

Enfin l’accent a été mis sur la nécessité de la formation du personnel médical, mais les experts ont précisé qu’il s’agissait avant tout de faire évoluer les mentalités.

Le Quotidien du Médecin (Flavie Baudrier) 06/02/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres