Monette Vacquin : ”la raison ne suffit pas…”

Publié le 23 Mar, 2007

Le journal La Croix consacre un long article à la psychanalyste Monette Vacquin. Partie de la question "A chacun sa vérité ?", Monette Vacquin réfléchit aux différentes formes du malaise contemporain. Au-delà de la relation ambiguë (rupture / recherche) entre la société d’aujourd’hui et les valeurs traditionnelles, elle remarque que la filiation est au cœur de la tourmente. L’essence des ruptures successives depuis des décennies pourrait être le refus de la transmission de la filiation : de mai 68 aux manipulations de la procréation humaine, et à la reconnaissance de l’homoparentalité.

 "La science voudrait-elle avoir raison contre la filiation, voire avoir raison de la filiation, et effacer jusqu’à son nom ? (…). Avec la fécondation in vitro, ce n’est rien moins que l’alliance des sexes dans la parentalité qui se trouve descellée". L’exemple du clonage est aussi symptomatique de cette fracture. "Ce n’est pas ce qu’est le clonage qui fait surgir cet effroi. C’est en creux qu’il faut le lire, dans ce qu’il ne dit pas et ce avec quoi il rompt, ou prétend rompre. Rompre avec les parents".

Monette Vacquin s’inquiète aussi de la théorisation de la parole, déconnectée de la réalité du corps : "L’inflation de l’abstraction dans les discours, l’emballement du temps, vont de pair avec une coupure d’avec le corps senti, vécu, où logeait la souffrance ou le débat intérieur. C’est le chemin du corps à la parole qui doit être coupé". Pour elle, "c’est toute l’expérience de la vie qui s’idéologise".

Sur les revendications liées à l’homoparentalité, elle rappelle que : "ce qui est neuf, c’est la demande adressée à la loi, la volonté de la mettre devant ses inévitables contradictions, de la faire plier devant la toute-puissance d’une dialectique à la main de fer (…). Les juristes sont pris, nous sommes tous pris, dans quelque chose qui nous dépasse et qui a toutes les caractéristiques d’un délire. D’une maladie de la raison même qui se confond avec une rationalisation sans limite qui est le propre de la subversion de la raison par le désir. Là réside un point essentiel : qui a jamais vu la raison venir à bout d’un délire ?". "La raison ne suffit pas à fonder les limites".

Monette Vacquin et le P. Alain Mattheeuws, s.j., professeur de théologie morale à l’Institut d’Etudes théologiques de Bruxelles, donnent une conférence à 2 voix sur la question "Agir : A chacun sa vérité ?", à Notre-Dame de Paris, dimanche 25 mars à 16h30. (Voir Synthèse de presse du 22/03/07).

La Croix (Claire Lesegretain) 24-25/03/07

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres