Loi sur le genre : La Hongrie et la Pologne mises en demeure par l’Europe

Publié le 16 Juil, 2021

Le 15 juillet, la Commission européenne a indiqué avoir initié « des procédures d’infraction » à l’encontre de la Hongrie et de la Pologne. La première est mise en cause suite au vote d’une loi interdisant la promotion de l’homosexualité et du changement de genre auprès des mineurs (cf. Loi sur le genre : la Hongrie dans la ligne de mire de l’Europe). La Pologne est quant à elle visée en raison de la mise en place de « zones sans idéologie LGBT » par certaines collectivités locales.

« La Commission utilisera tous les instruments à sa disposition pour défendre [s]es valeurs », précise le communiqué. Elle a fait parvenir aux deux pays des lettres de « mise en demeure ». Ils ont un délai de deux mois pour y répondre.

Vers des sanctions financières ?

La mise en demeure est une « première étape ». A ce stade, l’exécutif européen « exige » « de plus amples informations ». Mais si « la Commission conclut que le pays ne s’acquitte pas de ses obligations en vertu du droit européen, elle peut lui adresser un avis motivé », c’est-à-dire « une demande formelle de se conformer au droit de l’Union », assortie d’un nouveau délai généralement de deux mois.

A l’issue de ces échanges, si « le pays mis en demeure ne donne toujours pas satisfaction », la Commission européenne peut saisir la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) et réclamer des sanctions financières après l’émission d’un « arrêt formel ». Des sanctions « calculées en tenant compte, de l’importance des règles violées et de l’incidence de l’infraction sur les intérêts généraux et particuliers, de la période pendant laquelle le droit de l’UE n’a pas été appliqué, de la capacité de paiement du pays, garantissant l’effet dissuasif de l’amende ».

En Pologne, des municipalités avaient ainsi été privées de subventions en juillet 2020. Quant à la Hongrie, elle est toujours dans l’attente de la validation de son plan de relance. « 7,2 milliards d’euros » suspendus à l’examen par la Commission d’« aspects liés au respect de l’État de droit », a indiqué Paolo Gentiloni, le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires. La récente loi sur le genre n’est toutefois pas spécifiquement mentionnée.

La Russie condamnée par la CEDH

De son côté, mardi 13 juillet, la Russie a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) « parce qu’elle n’offre aucun moyen aux couples du même sexe de faire reconnaître leur union ». La Constitution russe spécifie depuis 2020 que « le mariage est une union entre un homme et une femme ». La CEDH n’a toutefois pas octroyé de dommages et intérêts aux requérants.

Une décision rejetée par la Russie. Pour Vasily Piskarev, un député russe, cette décision relève d’une « ingérence dans les affaires intérieures » du pays.

Mercredi 14 juillet, le Tribunal constitutionnel polonais (TK) avait également dénoncé les décisions prises par la CJUE sur les réformes judiciaires mises en œuvre en Pologne, comme non conformes à la Constitution polonaise.

 

Sources : Le Monde avec AFP (15/07/2021) ; Huffington Post, Lucie Oriol (15/07/2021) ; RTBF, Belga (13/07/2021) ; Euronews avec AP (14/07/2021) – Photo : NakNakNak de Pixabay

Partager cet article

Synthèses de presse

hacker
/ E-santé

L’AP-HP victime d’une cyberattaque

Des données de santé d'environ 1,4 millions de personnes ont été volées durant l’été. L'APHP et le ministère de la ...
Colossal, l'entreprise américaine qui veut créer des hybrides de mammouth laineux
/ Génome

Colossal, l’entreprise américaine qui veut créer des hybrides de mammouth laineux

Manipulations génétiques, utérus artificiel, utilisation de cellules souches : les ambitions de l’entreprise posent question ...
VIH : un traitement basé sur CRISPR à l’essai
/ Génome

VIH : un traitement basé sur CRISPR à l’essai

Après sept années de recherches, le traitement EBT-101 vient d’être approuvé par la FDA. Les essais cliniques vont pouvoir commencer ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres