Libérons-nous du féminisme ! – Bérénice Levet

Publié le : 17 juin 2020

Couverture livre« Se libérer du féminisme, c’est d’abord se libérer d’un récit d’une extrême indigence et d’une accablante monotonie afin de rendre ses droits au réel, à la variété, à la richesse des relations entre les hommes et les femmes. »

Après les phénomènes #metoo et #balancetonporc, Bérénice Levet prend la plume dans un remarquable essai pour dépeindre le féminisme victimaire, terriblement infantilisant, qui tente d’imposer son « genre » dans toutes les strates de la vie sociale. Elle dénonce le procès, importé d’outre-Atlantique, de la masculinité et de la virilité que les féministes imposent pour parachever un travail de déconstruction. Elles abusent d’un concept de domination qui agit comme un « éteignoir » sur les relations entre les deux sexes. Un combat tellement éloigné de la tradition française, que des siècles de galanterie ont habitué à une polarité « essentielle à la civilisation et à la joie de vivre ».

A grand renfort de lois, jusqu’à pénaliser les regards des hommes, l’Etat désormais explique et codifie, ce que doivent être les relations entre les hommes et les femmes… entendez entre les femmes et les hommes et il ne s’agit plus ici de savoir-vivre, mais de normes. Bérénice Levet dénonce aussi ces abus, les zones invisibilisées de telle ou telle ville, de tel ou tel quartier, où les femmes ne circulent plus, où elles ne peuvent plus entrer dans un café, et que le féminisme ignore et tait !

Pour l’auteur, nous sommes face à un « puritanisme lubrique », un puritanisme « d’après la libération sexuelle », un nouvel « ordre moral » qui établit entre les deux sexes « une répulsion pour la sexualité ». Seule, en effet, l’hétérosexualité « fait l’objet de leur inquisition ». Désormais la novlangue, en sa forme inclusive, est à pied d’œuvre, les œuvres d’art sont réécrites, qui, en privant de la culture, censurent la réflexion.

Ce livre fait la part des choses et finalement rend leur liberté aux deux sexes. Il est un hommage aux femmes bien supérieur au « culte » qui leur est rendu par les idéologues du féminisme.

Nombre de pages : 224
Date d’édition : 16 juin 2020
Editeur : Editions de l'Observatoire
Editions de l'Observatoire

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres