L’eugénisme de la décontamination spermatique, Grégory Katz

Publié le : 1 juillet 2009

 Alors que le tri embryonnaire permet de choisir les embryons à implanter, Grégory Katz note l’émergence d’un eugénisme germinal 1. « L’orthogénie se placerait ici en amont du tri embryonnaire, au niveau de la gamétogenèse, contournant ainsi les controverses bioéthiques sur le respect de la vie humaine dès son commencement« . Pour autant, peut-elle faire l’économie de tout questionnement éthique ?

 

Depuis quelques années, « la sélection des semences humaines ouvre un véritable marché au cœur des fécondations artificielles« . Depuis la fabrication, à partir d’embryons de souris, d’un sperme épigénétiquement reprogrammé (et dont on prévoit d’appliquer la technique à l’homme), jusqu’à l’essor commercial des biobanques de sperme, « l’eugénique trouve dans la sélection des semences un puissant expédient pour l’amélioration germinale de l’espèce humaine« .

 

Tamisage des naissances

 

Ainsi la firme Fairfax Cryobank commercialise des gamètes de haute qualité génétique après sélection drastique des génotypes des donneurs. Les prix s’échelonnent de 115 $ pour un sperme  » standard » à 250 $ pour le « Fairfax Doctorate » qui garantit que le « donneur possède non seulement un Quotient génétique supérieur, mais qu’il est également titulaire d’un doctorat », comme si le Quotient Intellectuel était inscrit dans l’ADN des spermatozoïdes dont héritera le nouveau-né. D’autres caractères, comme la taille, le poids, la couleur de peau, des yeux, des cheveux, etc. sont également soumis au choix des parents. Le test MicroSort, considéré fiable à 91 % permet de son côté de sélectionner le sexe de l’enfant. « Pourquoi s’en offusquer, s’étonne le biologiste James Watson ? ‘L’eugénisme est une façon de corriger soi-même l’évolution, et je pense que les individus devraient diriger l’évolution de leurs descendants, sans laisser à l’Etat le soin de le faire’ ».

 

Efficace

 

Efficace car insidieux, ce nouvel eugénisme tirerait légitimité de son apparence démocratique et économique. Son enracinement scientifique le fait paraître inoffensif tandis que « son vêtement juridique et l’atomisation du choix individuel tendent à le rendre moralement fréquentables « .

 
1-Synthèse de la tribune de Gènéthique.org. de juillet 2009 : « Décontaminations spermatiques », signée par Grégory Katz, professeur titulaire de la Chaire ESSEC-Sanofis-Aventis à l’ESSEC Business School (Paris-Singapour). Il a publié le Chiffre de la vie : réconcilier la génétique et l’humanisme (Editions du Seuil, 2002). 2è édition révisée, à paraître chez Yale University Press.

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres