Le VIH plus fort que CRISPR ?

Publié le 7 Avr, 2016

Les chercheurs espèrent utiliser la technique CRISPR pour prévenir l’entrée du virus HIV dans les cellules immunitaires des patients, ou inactiver le virus une fois qu’il a infecté la cellule (cf. CRISPR : Un espoir de traitement du VIH ?).

 

Mais la dernière étude sur le sujet parue dans Nature vient nuancer ces espoirs : le virus VIH serait capable de s’adapter, et la technique CRISPR pourrait elle-même induire des mutations lui permettant de « résister à l’attaque ». Pour beaucoup, cette découverte n’est pas une surprise : le VIH a déjà démontré sa capacité à développer une résistance à toutes sortes de médicaments antiviraux.

 

Les chercheurs impliqués ont répondu que cette découverte était « un revers mineur qui ne fait pas obstacle à leur idée ». Ils pensent pouvoir surmonter le problème, en inactivant plusieurs gènes essentiels du VIH à la fois par exemple, ou en utilisant CRISPR en combinaison avec des médicaments anti-rétroviraux. Un essai clinique est en cours pour tester cette approche en utilisant un autre système d’édition du génome.

 

D’autres chercheurs se demandent si une thérapie utilisant CRISPR est adaptée pour lutter contre le virus, car elle nécessiterait la modification génétique d’un nombre important de cellules immunitaires du patient.   

Nature (7/04/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres