Le transhumanisme effacera-t-il l’homme ?

Publié le : 19 février 2015

Le Postillon de cette semaine est largement consacré au thème du transhumanisme et de la place de l’homme. Laurent Alexandre, Gaspard Koening et Jean-François Mattei[1], se répondent par tribunes interposées.

 

Pour Laurent Alexandre, « l’opinion publique est devenue transhumaniste, quoi qu’elle l’ignore », et ce, par le simple fait « d’accepter toutes les manipulations technologiques de l’homme ». Il cite l’exemple récent du Royaume-Uni qui a voté la FIV « à trois parents » (Cf. Synthèse Gènéthique du 4 février 2015). Il constate ainsi que « les technologies les plus spectaculaires et transgressives sont acceptées avec une facilité croissante », car nous voulons « moins vieillir, moins souffrir, moins mourir ». Laurent Alexandre annonce un « changement radical de civilisation » à venir dans « quelques décennies ».

 

Gaspard Koening, écrivain et économiste libéral, lance un appel à « reprendre le contrôle » du « processus technologique en cours » qui menace l’homme. Ce risque d’effacement de l’homme est bien réel pour plusieurs raisons. Parce que « l’organisme lui-même va progressivement perdre ses limites physiques ». Parce que le droit de disposer d’une sphère privée est remise en cause par l’« idéologie de la transparence ». Parce que la substitution de l’« échange marchand » par le « couple don/gratuité » dépossède l’homme de tout pouvoir de négociation. Enfin, parce que le citoyen est peu à peu « dilué dans la ‘démocratie liquide’, ce rêve participatif ». Ainsi, « la combinaison du transhumanisme et du big data lance notre espèce sur une trajectoire inconnue et exponentielle. »

 

En miroir aux alarmes tirées par Laurent Alexandre et Gaspard Koening, les extraits du livre posthume de Jean-François Mattei sont plus sereins. Il assure que « la condition de l’homme vécue dans sa temporalité, sa finitude et sa mortalité, sera toujours pérenne sans qu’il lui soit donné de comprendre l’énigme de son existence ». 

 

 

Note de Gènéthique

Pour approfondir la question du transhumanisme, relire:

 

[1] Le Point publie des extraits de son ouvrage posthume L’homme dévasté, Ed. Grasset, 2015.

 

<p>Le Point (Laurent Alexandre, Gaspard Koening, Jean-François Mattei) 19/02/2015</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres