Le mythe de l’humain augmenté, une critique politique et écologique du transhumanisme – Nicolas Le Dévédec

Publié le 17 Jan, 2022

Cet essai percutant s’attaque au sujet du transhumanisme non sous l’angle scientifique ou éthique, comme c’est souvent le cas, mais, comme l’annonce le sous-titre, sous l’angle politique et écologique. Refusant de s’aventurer sur le terrain des promoteurs du transhumanisme, il ne cherche donc pas à évaluer la pertinence scientifique de leurs projets, ou leur bien-fondé moral. En revanche il démontre de façon assez convaincante les intérêts économiques et politiques puissants qui sous-tendent cette idéologie, pour en dénoncer les conséquences désastreuses sur l’écologie au sens large, c’est-à-dire l’état du monde et de l’humain.

« Il faut que tout change pour que rien ne change ». Reprenant cette citation célèbre de Giuseppe di Lampedusa dans Le Guépard, Nicolas Le Dévédec montre comment le transhumanisme est un nouvel outil découvert par le néocapitalisme pour pousser à son paroxysme l’exploitation du potentiel humain. La promesse d’améliorer la vie humaine est à comprendre selon lui comme un prétexte pour adapter l’humain au monde capitaliste : améliorer les capacités de travail et de production grâce aux avancées scientifiques, pour maximiser les performances des travailleurs, voilà le véritable objectif. Les conséquences sur l’écologie se déduisent aisément : poursuite de la surexploitation des ressources naturelles par nos sociétés, et épuisement de l’humain toujours à la poursuite de la performance.

Face à cette fausse révolution qui ressemble plutôt à une fuite en avant aveugle, l’auteur préconise une remise en cause du modèle de société capitaliste actuel, avec une sortie de l’opposition entre nature et culture. Cette proposition mériterait d’être creusée plus profondément, car il semble en l’état actuel des choses difficile de sortir de l’impasse.

Un essai intéressant, en définitive, malheureusement desservi par l’emploi de l’écriture inclusive (« les travailleur-euse-s ») qui n’apporte rien à la réflexion et déconcentre inutilement le lecteur. Ecriture inclusive d’ailleurs incohérente avec la thèse de l’auteur puisqu’elle n’est qu’une autre expression de l’idéologie fondée sur la séparation forcée de la nature et de la culture…

Editions : Ecosociété

Date de parution : 14/10/2021

Nombre de pages: 160

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres