Le CRISPR, la préoccupante découverte scientifique de l’année 2015

Publié le 29 Déc, 2015

Le magazine Science a sacré le CRISPR comme « découverte scientifique » de l’année 2015. Le CRISPR (Clustered Regularly Interspersed Palindromic Repeats, « courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées ») permet de modifier facilement et rapidement n’importe quelle séquence d’ADN, ce qui « devrait donner un coup d’accélérateur aux recherches en thérapie génique » et ouvrir « la possibilité de faire disparaître des maladies génétiques héréditaires voire certains cancers pour lesquels la prédisposition génétique est prépondérante. »

 

La première découverte remonte à 1987, avec une équipe japonaise qui « rapporte l’existence de séquence répétées d’un genre nouveau dans le génome d’une bactérie ». « La technique utilisant ces CRISPR permet de couper une séquence spécifique d’ADN afin de la remplacer par une autre. Associée à la protéine Cas9, une enzyme spécialisée pour couper l’ADN, l’outil s’apparente alors à un véritable “couteau suisse génétique” ; un ciseau moléculaire qui permet de couper, copier et coller des séquences d’ADN ».

 

Une technique qui a des applications très concrètes. En 2015, « des moustiques ont vu leur patrimoine génétique modifié pour qu’ils ne puissent plus transmettre le paludisme. » (cf. Gènéthique du 08 décembre 2015).

 

« Une technologie prometteuse mais aussi préoccupante. »  En mars 2015, deux tribunes de chercheurs mettaient en garde la communauté scientifique (cf. Gènéthique du 16 mars et du 25 mars) sur les dérives possibles de l’utilisation du nouvel outil de modification du génome, CRISPR-Cas9. Les travaux de généticiens chinois publiés en avril 2015 ont en effet relancé le débat sur la manipulation génétique appliquée aux humains. En effet, si cette technique « laisse entrevoir la possibilité de guérir des maladies en s’attaquant directement à leur origine génétique, elle introduirait par là même une modification du patrimoine héréditaire de l’espèce humaine. »

Science (17/12/2015) ; Sciences et Avenir (28/12/2015) ; TF1 News (29/12/2015) 

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : « Un tunnel sans respiration ni échappatoire »
/ PMA-GPA

PMA : « Un tunnel sans respiration ni échappatoire »

Vivant cela comme une épreuve, de nombreuses femmes mettent fin à leur parcours de PMA sans avoir eu d’enfant ...
Etats-Unis : un distributeur de contraception d’urgence dans une université
/ IVG-IMG

Etats-Unis : un distributeur de contraception d’urgence dans une université

L’université George Washington de Washington DC a installé un distributeur automatique de contraception d’urgence ...
PMA : plus de 500 Japonaises ont eu recours à des donneurs de sperme étrangers
/ PMA-GPA

PMA : plus de 500 Japonaises ont eu recours à des donneurs de sperme étrangers

Depuis mars 2019, plus de 500 Japonaises ont eu recours à la banque de sperme Cryos International basée au Danemark ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres