Le clonage mis au ban

Publié le : 25 juillet 2002

L’Office Européen des Brevets (OEB) est revenu hier sur un brevet accordé en 1999 à l’université d’Edimbourg et à la firme biotechnologique australienne Stem Cell Sciences. Le « brevet d’Edimbourg » concernait un procédé visant à modifier génétiquement des cellules souches embryonnaires animales. Il stipulait que le terme « cellule animale » s’appliquait à « toutes les cellules animales, notamment les espèces mammifères, y compris les cellules humaines« .

 

Ce brevet était en désaccord avec une des dispositions de la Convention européenne sur les brevets qui interdit l’utilisation d’embryons humains à des fins industrielles ou commerciales. L’OEB l’a révisé, suite à des recours déposés par les gouvernements allemand, italien et néerlandais et l’organisation Greenpeace, afin qu’il ne soit pas utilisé en vue de cloner des êtres humains.

 

Par ailleurs, les autorités sud-coréennes lancent une enquête sur une expérience de clonage humain après l’annonce par une filiale de la société Clonaid (Raël) d’une femme sud-coréenne de 30 ans (qui serait) enceinte d’un « embryon cloné » depuis un mois. La Corée du Sud n’a pas encore de réglementation interdisant le clonage humain mais n’exclue pas une enquête pénale si cette annonce se révèle exacte. 

<p>Libération 25/07/02 - Le Figaro 25/07/02 - La Croix (Laurent d'Ersu) 25/07/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres