Le Chili autorise l’avortement pour trois motifs : risque pour la mère, viol et malformation fœtale

Publié le : 18 mars 2016

Au Chili, le projet de loi autorisant l’avortement « thérapeutique », approuvé par le Congrès le 4 août 2015 (cf. Première approbation du projet de loi légalisant l’IVG au Chili), a été voté par la Chambre des députés ce jeudi. Il dépénalise l’avortement en cas de viol, de malformation fœtale et de risque pour la santé de la mère.

 

Chaque « motif d’avortement envisagé a fait l’objet d’un vote séparé » : 67 députés ont voté pour l’avortement en cas de « risque pour la santé de la mère », 47 contre ; 62 ont voté pour l’avortement en cas de « fœtus non viable », 46 contre ; 59 ont voté pour l’avortement en cas de grossesse issue d’un viol, 47 contre.

 

Le projet de loi doit « désormais être validé par le Sénat ».

<p>AFP (17/03/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres