La potentialité des cellules souches

Publié le 2 Juil, 2001

Pour Nicole Le Douarin, secrétaire perpétuelle de l’Académie des Sciences, la thérapie cellulaire présente des perspectives plus importantes que la thérapie génique. Bien que présentant un espoir sérieux la thérapie génique, se révèle souvent plus difficile que prévu à mettre en place. On a imaginé qu’il serait simple d’utiliser des gènes à des fins thérapeutiques mais identifier le gène responsable d’une maladie et le traiter par greffe semble finalement une entreprise compliquée. En revanche, la thérapie cellulaire autorise beaucoup d’espoirs.

Les cellules souches adultes ne se contentent pas de générer le tissu pour lequel elles ont été programmées mais « elles peuvent être transformées en cellules différentes de celles du tissu dont elles sont extraites » affirme Fulvio Mavilio de l’Institut San Raffaele-Telethon à Milan. Ainsi des cellules neurales peuvent devenir des cellules sanguines. A l’inverse des cellules souches de moelle osseuse ont fabriqué des neurones, de l’os, du foie, du muscle.Cependant, il reste quelques obstacles à lever. D’abord ces cellules sont difficiles à identifier. Ensuite il faut les cultiver in vitro.

Or certaines cellules souches se multiplient très mal dans des conditions artificielles. Ils  faut aussi les inciter à produire le type de cellules dont a besoin le malade ce qui n’est pas toujours évident. Enfin, il faudra trouver le moyen pour que ces cellules rejoignent l’organe qu’elles vont soigner. Toutefois, d’après Diane Krause de l’université de Yale « certaines recherches suggèrent que les cellules savent comment aller jusqu’aux tissus abîmés » Pour toutes ces raisons , même si les cellules souches sont très prometteuses, les chercheurs restent prudents : « ils ne faut pas compter sur une application médicale des cellules souches adultes avant quelques années ».

Libération 02/07/01

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres