La lutte contre le trafic des êtres humains

Publié le : 9 février 2004

La traite des êtres humains est un fléau mondial qui concerne annuellement au moins 800 000 personnes dans le monde, essentiellement des femmes. Depuis peu, des législations évoluent, des condamnations interviennent et des filières sont démantelées. 

Deux protocoles de l’ONU viennent d’entrer en vigueur contre ce crime. Mercredi dernier il s’agissait d’un nouveau protocole rattaché à la convention des Nations unies contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer,  sur la criminalisation transnationale organisée. Il complétait le premier protocole additionnel sur le trafic des êtres humains qui est entré en vigueur le 25 décembre dernier. Celui-ci engage les États signataires à mettre leur politique judiciaire en cohérence, et institue une collaboration internationale pour "prévenir, réprimer et punir" la traite des êtres humains.

Le trafic des êtres humains est une activité très lucrative pour les réseaux qui en vivent. Il rivalise désormais avec le trafic d’armes et de drogue. En Europe les premières victimes sont des femmes généralement originaires d’Europe orientale et des Balkans. Après l’Europe centrale et la Russie, le sous continent indien est la région du monde où la traite d’êtres humains se développe le plus rapidement.

La première étape de la lutte repose sur la reconnaissance du péril par les États concernés. En matière de prévention de gros efforts ont été constatés. 

Autre domaine où des avancées sont enregistrées : la reconnaissance du statut des victimes.Désormais dans les pays de destination, des mesures sont prises au niveau humanitaire ou judiciaire.

La Croix (Jean-Arnault Derens) 09/02/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres