La loi fin de vie votée, sommes nous à l’abri de l’euthanasie ?

Publié le 18 Mai, 2016

La loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie votée, pouvons-nous pour autant nous croire à l’abri de l’euthanasie en France ? Clotilde Brossolet analyse le contexte et répond par la négative tout en appelant à la vigilance (cf. Les députés et les sénateurs adoptent définitivement la loi fin de vie et font entrer dans le droit “la logique euthanasique”).

 

Certains faits laissent à penser que nous pourrions avoir la conscience tranquille : les amendements sur l’euthanasie et le suicide assisté n’ont pas été votés lors de l’examen de la proposition de loi Claeys-Leonetti, la ministre de la santé a créé le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie et a mis en place un plan de développement des soins palliatifs « débloquant 190 millions sur trois ans ». La fin de vie « est devenue un sujet sérieux ».

 

Toutefois, en parallèle, de nombreuses « infiltrations » banalisent l’euthanasie : c’est « la politique des petits pas » (cf. Pour Damien Le Guay, l’euthanasie s’insinue progressivement dans les esprits ).

Marisol Touraine a approuvé la loi Claeys-Leonetti, mais la considère « comme une étape ». Opposée aux amendements légalisant l’euthanasie ou le suicide assisté lors des débats, elle n’a « jamais dit qu’elle y renonçait définitivement ».  De son côté, l’ADMD[1], principale association militante en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté, ne « baisse pas les bras ». Bien que « la fin de vie ne fasse plus la une des médias », l’ADMD milite sur le terrain, tel « un véritable rouleau compresseur formatant les opinions en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté ». Enfin, Véronique Fournier, en faveur de l’euthanasie, a été nommée à la tête du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie. Quelques personnes ont montré leur opposition à cette nomination, mais « sans succès » (cf. Véronique Fournier : sa nomination controversée à la présidence du nouveau Centre national de la fin de vie et des soins palliatifs ).

 

Ultime infiltration de l’euthanasie décrite par Clotilde Brossolet : l’expression ‘mourir dans la dignité’ « n’est plus accolée de guillemets dans la presse. Elle n’appartient plus uniquement au langage des militants, elle est devenue synonyme d’aide active à mourir ».

 

[1] Association du Droit à Mourir dans la Dignité.

 

Famille Chrétienne (18/05/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres