Jean-Pierre Adams : « Il avait besoin d’elle comme elle avait besoin de lui »

Publié le 2 Nov, 2021

Bernadette Adams a 78 ans. Elle a accompagné son mari, Jean-Pierre Adams, ancien joueur de football international, resté 39 ans dans un « état de conscience minimale » après « un accident d’anesthésie » (cf. Le footballeur Jean-Pierre Adams, 39 ans en état végétatif, est mort).

« Une présence muette »

Les médecins « n’ont jamais affirmé que sa condition était irréversible » et l’épouse de Jean-Pierre Adams ne s’est jamais résignée au silence de son mari. « Tous les jours, je touchais ses lèvres, je lui disais ”allez, parle-moi” !, raconte-t-elle. Tous les jours à lui répéter la même chose, le pauvre… ». Il était « comme une présence muette, mystérieuse, loin de l’homme qu’elle avait connu avant ». Mais « il avait l’ouïe et l’odorat ». « Jean-Pierre toussait, il sursautait, la télévision et la radio l’apaisaient », explique Bernadette. Et quand elle lui mettait son parfum, « il le humait ». « Son moment de bonheur ».

Mais tout le monde ne perçoit pas cette présence. Et « les gens avaient de fausses idées », regrette la femme du footballeur, évoquant Thierry Roland qui avait expliqué à la télévision ne pas vouloir voir Jean-Pierre Adams « avec des tuyaux partout ». Pourtant, « il ne dépendait d’aucune machine ». Et « tandis que son entourage vieillissait, lui ne prenait pas une ride ».

« Les enfants étaient heureux que leur père soit là. Les petits-enfants encore plus. »

« Cela peut paraître curieux, mais les enfants étaient heureux que leur père soit là. Les petits-enfants encore plus », raconte Bernadette Adams. « Même après son accident, Jean-Pierre les réunissait encore. Tous ses anniversaires étaient célébrés, la fête des pères aussi. » Et ses petits-enfants venaient « spontanément » embrasser les joues de leur grand-père. « À la différence des adultes, ils n’étaient pas impressionnés. »

Durant 39 années, Bernadette Adams a organisé ses journées autour des soins à apporter à son mari. Il est décédé le 6 septembre 2021, à l’âge de 73 ans. Depuis Bernadette confesse ne plus aller dans la chambre de son époux. « C’est trop dur. » « Quand j’étais abattue, il n’était pas très vaillant non plus », affirme-t-elle. « Il avait besoin d’elle comme elle avait besoin de lui. »

 

Source : La Croix, Héloïse de Neuville (02/11/2021) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres