IVG : recours massif des médecins argentins à la clause de conscience

Publié le : 5 février 2021

Dans un hôpital public d’Argentine, la moitié des médecins s’oppose à la pratique d’avortements. Il s’agit de l’hôpital Alberto Antranik Eurnekian, situé à Ezeiza, en banlieue de Buenos Aires. Le directeur, Juan Ciruzzi, a veillé à ce que toutes les infrastructures soient disponibles dans son hôpital pour pratiquer des IVG, mais il « a rencontré une forte opposition éthique au sein de son équipe médicale » : « parmi les soignants en gynécologie et obstétrique, qui sont concernés par ces procédures, 50% se sont déclarés opposés à sa pratique » a déclaré le directeur.

La loi légalisant l’IVG en Argentine a été votée le 30 décembre dernier (cf. L’Argentine légalise l’avortement). Elle octroie une clause de conscience aux soignants : l’article 11 « accorde le droit à tout professionnel de suivre les principes religieux, moraux ou éthiques de sa conscience ». L’article stipule cependant que les médecins objecteurs ont l’obligation de transférer les femmes vers un centre ou un praticien acceptant les IVG et qu’ils ont l’obligation de réaliser l’IVG si la vie de la femme leur semble en danger. Ils doivent également assurer les soins post-IVG.

Source : CNN, Raphael Coraccini (04/02/2021) – Photo : Pixabay\DR

 

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres