Irlande : un couple de femmes reconnu comme « famille de deux mères »

Publié le 26 Oct, 2021

En Irlande, un couple de femmes a été reconnu par un tribunal comme « une famille avec deux mères ».

Ranae et Audrey ont deux filles. Elles sont issues d’une « maternité partagée » ou ROPA (Réception d’ovule de la partenaire), une technique pratiquée en Espagne : l’ovocyte d’Audrey, le « parent biologique », a été fécondé par le sperme d’un donneur. Ranae, la « mère gestative », a porté les embryons et a accouché en Irlande. Bien que mariées à la naissance des enfants, seule Ranae a été officiellement reconnue comme parent.

Une loi de 2015 sur les enfants et les relations familiales prévoit que les deux parents d’un enfant né par procréation médicalement assistée (PMA) peuvent être inscrits sur l’acte de naissance. Mais, la loi énonce des conditions : les couples de même sexe doivent avoir conçu par l’intermédiaire d’une clinique de fertilité irlandaise, avec un donneur de sperme traçable et l’enfant doit être né en Irlande. Or, bien que nées en Irlande, les fillettes ont été conçues en Espagne. A l’époque, le recours à la ROPA était interdit en Irlande.

De nouvelles dispositions légales sont entrées en vigueur en 2020. L’une d’elles prévoit la reconnaissance rétroactive de deux mères, si l’enfant a été conçu à l’étranger avant mai 2020, et est né en Irlande.

 

Source : BioNews, Michaela Chen (25/10/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres