‘Infanticide » par peur du handicap

Publié le : 21 février 2005

Une instruction judiciaire s’est ouverte dans une clinique de Namur (Belgique) suite à la mort d’un bébé, né grand prématuré quelques heures auparavant, pour absence de soins.

L‘enfant est né à près de 7 mois et demi de grossesse avec un poids de naissance de 1,250 kg. Selon les médecins, le nouveau-né était parfaitement viable à condition d’être mis en couveuse. Mais l’enfant est resté sans soin, par décision volontaire des parents, qui craignait que l’enfant soit handicapé.

Sur dénonciation de la clinique, une enquête a été ouverte et 3 mandats d’arrêt ont été délivrés concernant l’infirmière accoucheuse, l’assistante stagiaire en gynécologie et le gynécologue. Le pédiatre n’a pas été prévenu de la naissance, à la demande de la mère. C’est ce «barrage» qui aurait poussé la clinique à alerter la justice, vendredi matin, l’enfant étant toujours vivant. Sur ordonnance de placement, une patrouille de police a été dépêchée pour mettre le bébé à disposition d’une équipe soignante mais à son arrivée l’enfant était mort.

Pour la juge d’instruction belge chargée de l’affaire, Anne-Catherine Dubé, il ne s’agit pas d’euthanasie mais d’infanticide.

La Libre Belgique (Roland Planchar) 21/02/05

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres