Inde : abusée, une mère porteuse porte plainte

Publié le 15 Juil, 2018

Une mère porteuse indienne, 30 ans et deux enfants, vient de porter plainte pour viol, chantage et escroquerie. Les faits remontent à l’époque où elle a été obligée de chercher du travail après l’accident de voiture de son mari, alité pendant plus de deux ans. A partir de ce moment, elle a participé à des essais cliniques pour des entreprises privées et elle a été démarchée pour devenir donneuse d’ovocytes. C’est dans ce cadre qu’elle a rencontré Karansinh Chavda, l’homme contre lequel elle a fini par porter plainte.

 

Au début l’homme lui a proposé de l’aide pour chercher un emploi, mais chacune de ses visites à son domicile se solde par un viol : il lui fait croire qu’il est célibataire et qu’il l’épousera plus tard. Il la contraint ensuite à devenir doneuse d’ovocytes. Elle a ainsi fait 67 dons d’ovocytes, ce qui correspond à une « infraction aux articles 376, 408, 420 et 506 (7) ». L’homme gardant pour lui une importante commission à chaque don.

 

Il est ensuite allé plus loin en l’obligeant à devenir mère porteuse. Mais sur les 400 000 roupies[1] de rémunération, il ne lui en donnera que 100 000, gardant les 300 000 autres pour lui.

 

La femme a insisté pour qu’il tienne sa promesse et l’épouse, mais l’homme, pour la faire taire, a menacé de publier sur les réseaux sociaux des vidéos intimes qu’il avait pris d’elle à son insu, et l’a obligée à choisir entre : lui donner sa fille mineure pendant une nuit ou le payer 1 million de Roupies[2]. « Incapable de supporter cette torture, la femme tenté de se suicider le 10 juin dernier ».

 

Elle a été transportée et l’hôpital et a porté plainte contre Karansinh Chavda.

 

Voir aussi :

L’industrie de la GPA en Inde : les donneuses sont pauvres et n’ont pas d’autre moyen de gagner de l’argent

Au Cambodge, la police démantèle un réseau de 33 mères porteuses

En Asie du Sud-Est, une véritable chaîne industrielle de reproduction se développe pour les couples chinois

Pour la nouvelle vice-premier ministre espagnole, la GPA est “la nouvelle exploitation du corps des femmes”

Trois mères porteuses demandent à la Cour Suprême de clarifier la question de l’« industrie controversée » de la GPA

La GPA une procédure qui altère potentiellement la santé de la mère porteuse et de l’enfant à la naissance

Chine : Le marché noir de la GPA en pleine expansion

 

[1] 4 976 €.

[2] 12 440 €.

Partager cet article

Synthèses de presse

15_cellules_souhces_adn_genetique

Des cellules souches mâles et femelles fabriquées à partir du même individu

Une « preuve de concept » que les chercheurs israéliens estiment pouvoir décliner pour toutes les cellules humaines ...
PMA : du sperme utilisé sans consentement
/ PMA-GPA

PMA : du sperme utilisé sans consentement

Deux enfants se sont aperçus que leurs pères biologiques n’avaient pas donné leur accord pour l’utilisation de leurs gamètes ...
Royaume-Uni : augmentation du nombre de mères porteuses
/ PMA-GPA

Royaume-Uni : augmentation du nombre de mères porteuses

Entre 2020 et 2021, le nombre de femmes s’étant portées candidates pour devenir mères porteuses au Royaume-Uni a été multiplié ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres