« Ils font bouger les lignes » : le commerce de la fertilité en prime time

Publié le 12 Oct, 2020

Samuel et Jean-Raphaël se sont rendus au Canada pour faire pratiquer une GPA. Sophie et Corinne ont eu recours à la PMA aux Pays-Bas. Chacune d’elle. Anne-Sophie a préféré le Danemark. « Ils n’hésitent pas à contourner les lois » annonce dès l’introduction ce documentaire sur « les nouvelles parentalités » diffusé mardi 6 octobre par France 5[1].

L’enfant livré à la volonté des adultes

Ainsi le commerce international de la fertilité s’invite en prime time (cf. GPA : France 5 poursuivi ; arcile CIAMS vendredi). 150 000 euros pour une GPA au Canada, 5 000 euros pour une fécondation in vitro au Danemark. « Oui c’est un business » reconnaît Jean-Raphaël. Un business dont l’objet est l’enfant, soumis à des volontés d’adultes (cf salon désirs d’enfants). Léonie est née « de ma volonté » déclarera Sophie (cf. PMA : l’enfant n’est plus accueilli). « C’est notre choix, notre décision » affirment de leur côté Sophie et Corinne, qui revendiquent un « droit à la parentalité ». Mais l’enfant peut-il être objet de droits ?

Clamant leur amour pour leurs enfants, et qui en douterait ?, ces adultes dénoncent le « retard » de la société avec une novlangue qui laisse songeur. Ainsi Jean-Raphaël n’aura de cesse de parler de « femme porteuse ». La mère n’est plus, pas même porteuse.

En creux, le besoin d’une mère et d’un père

Mais le vernis finit par craquer. Comme lorsque Corinne explique que, plus âgée que Sophie, elle a dû faire neuf tentatives avant de donner naissance à Merlin, quand Sophie est tombée enceinte de jumeaux dès le premier essai. « Il était hors de question que je n’aie pas, moi aussi, un enfant. » Mais n’affirme-t-elle pas à longueur de documentaire qu’elle est la mère des enfants auxquels Sophie a donné naissance ?

Ou encore quand cette maman qui a eu recours au don d’ovocyte pour avoir un enfant raconte avoir longtemps affirmé à son enfant « tu n’as pas de papa », avant avant de convenir « à contrecœur »de l’existence d’un « père biologique ».

« Faut-il un père et une mère pour qu’un enfant se construise ? » Après ce documentaire, il est difficile d’en douter.

[1] Ils font bouger les lignes. « Les nouvelles parentalités », diffusé le 6 octobre à 20h50.

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres