Il n’y a pas d’euthanasie ”passive” ou ”active”. Elle est ou elle n’est pas.

Publié le 10 Mar, 2005

Revenant sur l’affaire du Dr de Bourayne de la clinique de la Martinière de Saclay, accusé d’euthanasie puis innocenté par la justice (cf. revue de presse du 17/02/05), Sandrine Blanchard du Monde rappelle que "l’euthanasie – passible de condamnation car interdite en France, ne peut être "passive" ou "active". Elle est ou elle n’est pas".  La mission d’information parlementaire sur la fin de vie, créée à la suite de l’Affaire Vincent Humbert, a expliqué : "seul doit être qualifié d’euthanasie l’acte délibéré par lequel un tiers entraîne directement la mort d’une personne malade".

La justice, en déclarant que le Dr de Bourayne "loin de se livrer à des pratiques euthanasiques criminelles, a inscrit son action dans une démarche palliative", reconnaît que le soulagement de la souffrance, au risque d’abréger la vie du patient, n’est pas assimilable à de l’euthanasie. En cela, elle place "la question de l’intention au coeur de l’éthique médicale". Ainsi, l’euthanasie "caractérisée par l’intention première de son auteur" ne peut être considérée comme un traitement médical de fin de vie comme le sont la morphine, la sédation, la limitation ou l’arrêt des traitements "dont le but est de lutter contre la douleur ou d’éviter l’acharnement thérapeutique".

Jean Leonetti, auteur de la proposition de loi sur la fin de vie, se félicite que "la future loi évitera que les médecins soient poursuivis alors qu’ils respectent l’éthique médicale, et les malades auront la garantie d’être soulagés de leurs douleurs en fin de vie".

Le Monde (Sandrine Blanchard) 10/03/05

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

istock-513987873
/ Fin de vie

Trisomie 21 et Covid : six fois plus de probabilité de ne pas être réanimé

Une étude indique qu’une personne porteuse de trisomie 21 et atteinte de Covid lors de l’épidémie avait six fois plus ...
Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres