Human Genome Project : la carte complète dévoilée

Publié le 1 Avr, 2022

En 2003, « une équipe de recherche internationale publiait la première ‘carte’ quasi complète du génome humain », composé de 3 milliards de bases. Vingt-deux ans plus tard, les 8% manquants [1] viennent d’être séquencés [2]. Plusieurs gènes ainsi que des séquences répétitives d’ADN, décodés grâce à l’amélioration des techniques de séquençage [3]. « Au final 182 protéines présentes dans l’espèce humaine n’avaient pas encore été repérées ». Evan Eichler qui a participé aux recherches précise : « Certains des gènes qui font de nous des êtres humains uniques se trouvaient en fait dans cette “matière noire” du génome ».

Ces 8% étaient principalement situés près des télomères et des centromères, c’est-à-dire des extrémités et des points de contact des chromosomes. Des gènes au rôle « clé pour la compréhension des mécanismes qui régissent le vieillissement et certaines maladies ».

Les chercheurs ont également pu « recenser le nombre de fois qu’une séquence était présente sur un chromosome ». Car ce chiffre « permet notamment de déterminer le risque pour un individu de développer une maladie ».

Publiés dans la revue Science, ces travaux ont été réalisés par le consortium Telomere-to-Telomere (T2T)[4]. Ils devraient permettre de « mieux expliquer certaines maladies orphelines », ainsi qu’ « une meilleure compréhension du cancer ». Ils pourraient encore « aider à faire progresser la thérapie génique ».

Le consortium T2T n’a pas stoppé là ses recherches. Il travaille désormais à « décrire la diversité de l’espèce humaine, au moyen du séquençage du génome de centaines de personnes autour du monde ».

[1] Soit 225 millions de paires de bases

[2] Entre temps, 38 versions intermédiaires ont été publiées.

[3] Les chercheurs ont utilisé la technologie de l’entreprise Oxford Nanopore Technologies et celle élaborée par  .

[4] Principalement des universités américaines, « en coopération avec de grands centres européens de génomique, notamment le Wellcome Sanger Institute en Grande-Bretagne ». La France n’a pas participé à ces travaux.

Sources : Université de Genève (01/04/2022) ; Le Figaro, Marc Cherki (31/03/2022) ; Associated Press, Laura Ungar (31/03/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres