Grande Bretagne : le cardinal O’Brien veut réformer la loi sur l’avortement

Publié le 9 Juil, 2007

Le Cardinal O’Brien, archevêque de St Andrew et d’Edinbourg, a publié une longue lettre dans le journal The Scotsman, pour demander au premier ministre anglais Gordon Brown de revenir sur la loi sur l’avortement, de prendre la défense de la vie humaine et d’ouvrir un grand débat national sur le sujet.

Il demande à Gordon Brown de faire ce que son prédécesseur, Tony Blair n’a pas fait, c’est à dire réduire le délai limite de l’avortement. Rappelons qu’en Grande-Bretagne, il est possible d’avorter jusqu’à la 24ème semaine de grossesse. Des chiffres publiés en mai dernier montrent qu’en Ecosse on est passé de 12 603 avortements en 2005 à 13 081 en 2006.

Il y a quelques semaines, la British Medical Association (BMA) a fait savoir qu’elle estime que dans les 3 premiers mois de grossesse, l’avortement doit être considéré comme un traitement comme un autre et qu’il ne doit pas nécessiter l’accord de 2 médecins (cf revue de presse du 28/06/07).

Le cardinal O’Brien avait déclenché une controverse le mois dernier en déclarant que les hommes politiques catholiques ne pouvaient pas accéder à la communion s’ils s’étaient déclarés en faveur de l’avortement. Il avait aussi comparé les chiffres de l’avortement en déclarant "nous tuons l’équivalent d’une classe d’écoliers chaque jour".

Répondant aux critiques de ceux qui l’accusent de se mêler d’un débat politique, il rappelle que "l’avortement n’est pas du domaine politique ou médical même si ces sphères sont aussi concernées. Il s’agit de morale et de destruction de la vie humaine". C’est une "question de conscience".

Le cardinal O’Brien conclut "je crois que le temps est venu d’un large débat dans ce pays sur l’avortement. Il ne doit pas être dominé par des élites politiques, des professionnels médicaux, des leaders religieux ou des groupes de pression mais doit être ouvert à tous".

Il se réjouit des efforts du premier ministre anglais en faveur des enfants du Darfour mais il nous met face à nos responsabilités : la compassion vis à vis des enfants qui meurent de faim au Darfour ou en Erythrée est hypocrite si l’on ignore les besoins des bébés à naître à Dunfermline ou Edinburgh. Ceux-ci sont condamnés par l’avortement à voir leur vie écourtée aussi sûrement que s’ils étaient pauvres et malnutris à l’autre bout du monde.

News.scotsman.com 06/07/07

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres