GPA : « Refuser l’injonction déshumanisante du ‘droit à l’enfant’ »

Publié le : 5 mars 2015

Alors que la Journée de la femme, fixée au 8 mars prochain, se profile, l’hebdomadaire Famille Chrétienne consacre cette semaine un article à la GPA. Plusieurs témoignages et affaires illustrent le fait que la GPA est « un recul pour la cause des femmes », « une forme d’esclavage », qui considère la mère porteuse plus « comme un utérus que comme une femme ».

 

Me Claire de La Hougue et Jean-René Binet apportent des arguments juridiques et éthiques formant « contre la GPA des remparts assez solides ». Le « droit à disposer de son corps » est « un slogan« . Il est contraire aux principes d’indisponibilité du corps humain et de dignité, ce dernier étant un droit inaliénable, « en aucun cas subjectif ». « On ne peut renoncer soi même à sa dignité », même dans le cas d’une mère porteuse « purement volontaire ».

 

Dénonçant une pratique qui « ne respecte ni la dignité, ni la liberté des femmes », ils pointent aussi l’atteinte à la dignité de l’enfant qui n’est plus alors que « l’objet d’une convention ». Ils refusent « l’injonction déshumanisante du ‘droit à l’enfant’ ».

 

Ce 8 mars, la « Manif pour tous » organise à Paris le 1er Forum international pour l’abolition de la GPA.

<p>Famille Chrétienne n°1938, 7 au 13 mars 2015 (Ariane Lecointre-Cloix)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres