GPA : les « fantômes de la République » reconnus héritiers de plein droit

Publié le 28 Avr, 2015

Le 13 avril, dans une lettre adressée au Conseil supérieur du notariat, la Direction des affaires civiles et du Sceau a reconnu comme héritiers les enfants nés par GPA à l’étranger.

 

Le courrier stipule que « le seul recours à une convention de gestation pour autrui ne peut d’emblée conduire le notaire à écarter ces enfants de leur qualité d’héritier de la succession de leurs parents, dès lors que le lien de filiation avec ces derniers résulte de leur acte de naissance étranger quand bien même il ne serait pas procédé à la transcription de ces actes sur les registres français de l’état civil ».

 

L’association Juristes pour l’enfance note que “l’absence de transcription des actes de naissance ne porte pas préjudice aux enfants. Elle manifeste seulement la réprobation de la France et son refus de cautionner (…) un recours à la GPA, quand bien même ce serait avec l’aval d’un droit étranger.

 

Après la validation par le Conseil d’Etat en décembre 2014  de la « circulaire Taubira » (cf. Synthèse de presse Gèénthique du 12 décembre 2014, 15 décembre 2014, 17 décembre 2014), qui visait à faciliter « l’obtention de certificats de nationalité pour les enfants de pères français nés de mères porteuses à l’étranger », la France affirme donc la légitimité successorale des « fantômes de la République » (cf. synthèse Gènéthique du 18 décembre 2014) dont les droits sont désormais officiellement reconnus bien qu’un livret de famille ne leur soit pas accordé.

 

La GPA, qualifiée par Manuel Valls de « pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes », demeure interdite en France.

Le Figaro (Agnès Leclair), 28/04/2015 – Communiqué de presse de l’association Juristes pour l’enfance, 24/04/2015.

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres