GPA : la CEDH retrouve la raison

Publié le 25 Jan, 2017

Le 24 janvier, la Cour Européenne des droits de l’homme inversait son jugement dans l’affaire de gestation par autrui Paradiso et Campanelli contre Italie (cf. GPA : Pas de droit à la vie familiale fondée sur l’achat d’un enfant). Un « soulagement pour l’enfant concerné et tous les autres menacés », estime Aude Mirkovic, docteur en droit et expert Gènéthique. « Enfin une décision de la CEDH qui pose le respect de l’enfant et de ses droits comme limite à la réalisation des désirs d’enfant !» commente-t-elle. Toutefois, elle invite « à ne pas baisser la garde » car « les enfants sont loin d’être tous à l’abri : la cour européenne s’appuie fortement dans l’affaire commentée sur le fait que l’enfant n’était lié biologiquement à aucun de ses acheteurs ». Et pour l’heure, cette même cour se montre « bien trop compréhensive dès lors que des clients de la mère porteuse, en général un homme, a fourni ses gamètes pour la conception de l’enfant ». C’est le cas dans les trois condamnations de la France, dont la dernière date du 19 janvier (cf. GPA : La CEDH condamne de nouveau la France). Mais la France, si elle voulait protéger les enfants de la GPA, pourrait elle aussi faire appel de ces « condamnations iniques subies à répétition », et « contraindre la grande chambre à remettre l’enfant au cœur des décisions ». Car « Le fait d’avoir fourni un spermatozoïde » ne donne pas tous les droits à un homme sur l’enfant à venir.  

Le Figaro, Aude Mirkovic (25/01/2017)

Partager cet article

Synthèses de presse

Vers un plan décennal pour les soins palliatifs ?
/ Fin de vie

Vers un plan décennal pour les soins palliatifs ?

Mardi, Agnès Firmin Le Bodo a lancé un « atelier culture palliative » pour repenser la stratégie en matière de ...
ia_-_istock-636754212
/ Génome

Une IA pour accélérer le développement de thérapies géniques

Des chercheurs ont conçu un programme d'intelligence artificielle afin de produire des « protéines personnalisables » appelées doigts de zinc ...
Minnesota : l’avortement sans limite entre en vigueur
/ IVG-IMG

Minnesota : l’avortement sans limite entre en vigueur

L’avortement est désormais possible « pour n'importe quelle raison pendant les 9 mois de la grossesse », indique la sénatrice Julia Coleman ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres